Musique

Le programme du Hellfest est connu

26 janvier 2010 | PAR Mikaël Faujour

Basé à Clisson (Loire-Atlantique), Hellfest est l’un des (sinon LE) festival phare du metal en Europe. Les têtes d’affiche ont été révélées aujourd’hui. Le programme annonce trois journées particulièrement excitantes pour les amateurs de metal, du 18 au 20 juin.

Si l’affiche de cette édition 2010 n’est pas aussi démente que celle de 2008 (où les spectateurs devaient être parfois en peine de choisir entre des groupes aussi monstrueux les uns que les autres), le Hellfest s’annonce néanmoins très, très excitant.affiche-hellfest

Les amateurs de heavy metal à la papa iront voir Kiss pour sa date unique en France ou les horribles Twisted Sister. La planète metal sera à l’affût aussi de l’unique concert en Europe du Godflesh de Justin Broderick, qui reforme autour de lui ce projet indus metal auquel on doit le grand classique Streetcleaner (1990).

Partageant la tête d’affiche avec ces groupes cultes, on retrouve la formation black metal pionnière Immortal, qui a sorti l’an dernier un très remarqué huitième album studio, All Shall Fall, considéré comme un des meilleurs albums de metal en 2009.

Mais il ne faudra pas manquer John Garcia, ce formidable chanteur de hard et ex-voix de Kyuss, dont il reprendra justement le répertoire. Le Mondo Generator de Nick Oliveri et Brant Björk et son groupe étant présent sur le festival, faut-il envisager une reformation aux ¾ (sans Josh Homme) du plus mythique des combos stoner ?

Également au programme, les Nouillorcais de Biohazard, groupe pionnier du rapcore qui s’est reformé en 2008, les thrasheux de Sepultura, les singuliers bidouilleurs « indus » des Young Gods ou de KMFDM, les Suédois de Marduk et Dark Funeral tenants d’un black metal sauvage.

On se réjouira aussi de la présence des parrains du doom épique Candlemass, menés non par leur historique leader Messiah Marcolin, mais par Robert Lowe (ex-Solitude Aeternus), ainsi que des gothiques My Dying Bride, dont le dernier album, sans révolutionner leur style, était d’excellente tenue.

Autres gros morceaux de cette 5e édition du festival : le doom gothique de Swallow the Sun, le black/death metal de Behemoth, le metal gothique de Katatonia, le thrash classique d’Overkill, les Finlandais de Finntroll, dont on vous a parlé récemment, les biéreux allemands de Tankard, le parrain Jello Biafra (ex-leader des Dead Kennedys et activiste tous azimuts de la scène alternative US), le death metal de nos très respectés compatriotes de Loudblast, le hardcore nouillorcais de Sick of It All ou encore le sludge/doom lourd et poisseux des Louisianais de Crowbar.

Plus underground, seront aussi présents les vieux de la vieille que sont les Japonais de Sigh, autrefois premier groupe non-norvégien signé sur le mythique label black metal Deathlike Records d’Euronymous (Mayhem) avant qu’ils évoluent en renouvelant leurs audaces d’album en album. Ce groupe, qui n’est sûrement pas parmi les plus célèbres de la scène metal internationale, est l’un des plus intéressants et novateurs.

Signalons aussi les passionnants Norvégiens d’Ulver, lesquels ont eux aussi évolué d’un black metal sauvage mais déjà assez peu conventionnel vers des territoires nouveaux et avant-gardistes, étranges, entre néo-folk dépouillé et mélancolique et electro tendance dark ambient/post-indus (dans le sillage de Coil). Sans exagération, Ulver peut être considéré comme l’un des plus audacieux groupes issus du metal, même si sa musique n’a désormais plus grand-chose à voir avec le metal. Signalons que le groupe n’a commencé à se produire sur scène que l’année dernière, soit une quinzaine d’années après ses débuts.

Gagnez 10×2 places le samedi 27 février pour « L’Avare », dans le cadre du Festival coups de théâtre
Mo’Fo : LE festival du rock indépendant qui acceuille les chats persans
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *