Musique

Larry Graham sublime Jazz à la Villette en autel du Funk (04/06/2012)

Larry Graham sublime Jazz à la Villette en autel du Funk (04/06/2012)

05 septembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Inventeur du slap, technique qui consiste à taper contre son instrument, bassiste de Sly and the Family Stone et de Prince, le texan Larry Graham n’a pas perdu une once d’énergie funky à l’âge de 65 ans. A la veille de la sortie de son nouvel album « Raise up », il était hier en concert sous la voûte de la grande halle dans le cadre du Festival J azz à la Villette, avec en première partie conséquente le british et charismatique Anthony Joseph.

Ponctuel et plus que partant pour chauffer la salle, le poète et chanteur Anthony Joseph est arrivé sur scène avec sa Spasm  Band , un peu griot, très groovy, bonnet  en laine blanche de Marvin Gaye sur la tête et spiritualité de Fela Kuti en marche. Révélé avec son album « Ruber Orchestra » (Naïve) sorti l’an dernier, Anthony Joseph revient d’une longue tournée où il a entre autre fait danser les publics de Solidays et du Reggae Sun Ska. Aussi excellent au texte, au chant et à la danse qui ondule, le charismatique musicien fait vite tomber la veste pour découvrir une chemise verte aux motifs bling-bling qu’il porte avec autant de naturel que le bonnet. Avec un sens accru de la syncope rythmique et du mouvement, un trompettiste qui sait aussi envoûter à grands renforts de flûte traversière, il délivre un reggae vivant, aux images riches et qui pousse la salle à dodeliner du bassin, le sourire aux lèvres… Après une jolie heure de performance il laisse la place au grand Larry Graham.

L’entrée en scène dramatique en traversant le public et grimpant sur l’estrade donne le « la » du véritable spectacle que propose Larry Graham à son public qui mêle tous les âges. Tout de blanc vêtu, chapeau de cow-boy assorti et le funk imprimé sur les manches, le bassiste forme un trio avec la formidable chanteuse Ashling Cole et le guitariste Wilton Rabb. Entourés par deux claviers et orgues à la pointe, ils transmettent tout l’esprit des années 1970 : des réunions pour mouvements de hanches synchronisés au centre de la scène au ventilo donnant du mouvement aux cheveux baguettes de la choriste, en passant par une lumière pourpre très élaborée, tout est resté dans son jus Funky.

Et question décibels, le public est servi. Sur un premier titre étiré et au beat irrésistible, le joyeux Graham Central Station fête Paris, que Larry salue comme la ville « la plus funky du  monde » tandis-que Ashling  Cole, brillante et omniprésente, demande au public de battre des mains. On imagine qu’ils font pareil à Luxembourg ou à Tokyo…

Pour mieux séduire une salle chauffée à blanc et déjà entièrement conquise, Larry Graham a savamment mêlé tubes personnels historiques  et quelques titres de son nouvel album, « Raise up », attendu pour le 25 octobre prochain, dont les titres sont très fidèles à la tradition Funk, malgré un trait plus appuyé de Beatbox. Si le sens profond du titre éponyme, « Raise up » laisse perplexe d’inanité, son rythme en revanche est irrésistible.  Les solos de basse, notamment sur son classique « I can’t stand the rain » sont réellement à couper le souffle et à l’entendre seul l’on voit bien quelle place Larry Graham a pu jouer  dans les plus grands groupes de Funk et auprès de Prince.

Généreux, Graham offre en finale une reprise (présente sur l’album) de « Higher Ground » de Stevie Wonder, s’offre un petit tour dans le public et puis revient sur scène pour enchaîner ses plus grands tubes (Family Affairs…) seul avec ses musiciens, puis bientôt accompagné par des musiciens et des chanteurs venus du public. Ces derniers sont un peu trop talentueux pour qu’on croit vraiment à un bœuf improvisé, mais que Larry Graham prête sa basse magique à de jeunes musiciens est suffisamment touchant pour mettre une ambiance folle à cette fin de concert résolument mouvementée. Comme quoi les grands musiciens restent toujours simples et funky…

Les Francophonies en Limousin auront lieu du 27 septembre au 6 octobre 2012
God Bless America de Bobcat Goldthwait: quand la loi du talion se fait satire
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Larry Graham sublime Jazz à la Villette en autel du Funk (04/06/2012)”

Commentaire(s)

  • Pas vraiment un concert historique. Larry fait recette dans tous les sens du terme. Pas de prise de risque, et une appropriation un peu abusive du répertoire de la « Famille Pierre », puisqu’il a interprété des titres de « Fresh » 1973. Objectif clair ce soir-là : jouer les titres attendus. Soirée best of trop prévisible, avec des invités sur scène pas du meilleur goût.

    septembre 5, 2012 at 13 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *