Jazz
[Jazz sous les pommiers] Denis Le Bas « Le festival est devenu un gros morceau »

[Jazz sous les pommiers] Denis Le Bas « Le festival est devenu un gros morceau »

30 avril 2016 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La trente-cinquième édition du désormais trés « gros », pour reprendre la terminologie de son directeur Denis Le Bas, festival Jazz sous les Pommiers s’ouvre aujourd’hui .


Une édition dans le cadre de l’année France-Corée
C’est une édition particulière pensée dans le cadre de l’année France Corée et en amitié avec  le festival Jarasum, plus « gros festival de jazz d’Asie ». Plusieurs concerts auront lieu dans ce cadre. Youn Sun Nah fera une entorse à son année sabatique en compagnie d’Airelle Besson et de l’Orchestre Régional de Normandie à 18h15 salle Marcel Helie avec en première partie Aram Lee et Jocelyn Mienniel. Attendu également  [su:m] mardi, ou encore samedi Baraji &Nguyên Lê « Diamond Cuts Diamond »

Une billetterie  prise d’assaut

Jazz sous les pommiers s’ouvre sereinement. Le Bas annonce : « 1887 festivals de musique en France dont 3% ont 35 ans ou plus ». « Une fierté d’être toujours là  » Beaucoup de concerts sont déjà complets. La richesse du festival est de proposer des gens connus  ( Charles Lloyd…) et des découvertes ( Jason Moran…)

Nostalgie.

Deux concerts sont particuliers. René Urtreger qui était là en 1984 jouera en trio  Le 7 mai. Plus tôt le même jour, Brotherhood Heritage rendra hommage au mémorable concert du Brotherhood of Breath du 26 mai 1990. Jour de la mort de Chris McGregor. Le concert eu quand même lieu.
Jazz sous les pommiers ouvre aujourd’hui grâce  aux 396 personnes , dont 269 bénévoles,  qui font « tourner la machine ». Au programme aujourd’hui Géraldine Laurent, Airelle Besson, Youn Sun Nah, Chris Potter, Eric Bibb, Habib Koité….

[Critique] du film « Les habitants » documentaire simplement à l’écoute de Raymond Depardon
[Critique] du film « Green Room » survival ultime de Jérémy Saulnier
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *