Jazz
[Chronique] Rosemary Standley, Reine des cœurs et théâtre de voix

[Chronique] Rosemary Standley, Reine des cœurs et théâtre de voix

03 mai 2016 | PAR Yaël Hirsch

En plus de Moriarty et de la suite de Two Birds on a Wire avec Dom la Nena, Rosemary Standley poursuit une carrière solo fleurissante. Crée en 2013 au Théâtre de la Bastille, Queen of hearts sort ce printemps en CD et DVD. Grappillant aux répertoires de plusieurs langues et cultures, imaginé avec Juliette Deschamps et accompagnée par Sylvain Griotto a piano, la diva folk se transforme en castafiore pour une revisite envoûtante du tour de chant.

[rating=4]


Au piano-voix, l’album A queen of heart revisite donc des titres venus du monde entier et qui vont de Kurt Weill à Jeannette . Volontairement très posée dans ses trilles, lancinante dans sa mesure, elle accorde un répertoire tout à fait dépareillé, féminisant très élégamment « La Nuit de mens » de Bashung, calmant le tempo de « Por Que te vas » de Jeanette, apaisant la douleur de Billie dans « Lover, comme back to me » et rendant moins scandaleux le « Put the Blame on mame » de Rita Haywoth.

En revanche, Rosemary aiguise l’ironie de la Pirate Jenny de l’Opéra de Quat’sous, donne un peu de peps au « India Song » de Jeanne Moreau, une fraîcheur rocailleuse au standard (trop repris ?) « The man I love ». Une ombre passe sous la crinoline, la roue tourne et le riche répertoire accorde ses 23 pistes pour un bal fou. Un bal de beauté où le carnet de théâtre de reine des cœurs est plein à craquer.

Rosemary Standley, A queen of hearts, Sylvain Griotto : piano, Juliette Deschamp : réalisation musicale, Jazz Villag, CD et DVD Harmunia Mundi. Sortie le 15 avril 2016.

La révolte par le corps : The Blank Placard Dance
Gagnez 5×2 places pour Médée le 19 mai 2016 à l’Opéra de Dijon
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Chronique] Rosemary Standley, Reine des cœurs et théâtre de voix”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *