Jazz

Brad Mehldau dans Three Pieces After Bach à la Philharmonie de Paris

Brad Mehldau dans Three Pieces After Bach à la Philharmonie de Paris

04 avril 2018 | PAR La Rédaction

Dans le cadre du grand week end « Flash Bach » à la Philharmonie de Paris, nous étions ce lundi 2 avril 2018 au concert du pianiste américain Brad Mehldau, dans une revisite et une expansion très personnelle des œuvres du compositeur allemand.

Brad Mehldau est un de ces intellectuels techniciens du Jazz qui manie l’art de l’improvisation comme un langage savant, ce qui dans le cas précis, le rapproche du maitre Bach.

Sa technique classique mélangée à son phrasé Swing fait de lui un interprète parfait du compositeur, où chaque voix résonne, chaque note est à sa juste place dans le contrepoint, avec une rigueur metronomique qui n’est pas sans rappeler celle de Glenn Gould dans les interprétations des mêmes œuvres.

Mehldau a donc décidé de réinventer Bach. Mais avant chaque improvisation et invention personnelle autour de l’œuvre, il joue dans son intégralité et à la perfection l’une des fugues ou preludes de Bach. Il part ensuite dans une évocation personnelle comme une sorte de prolongement de l’œuvre. Il fait corps avec la musique originale et nous offre un Bach du XXIe siècle, en jean et veste deux pièces, nous rejouant l’art de la fugue.

Rapidement, une sorte d’hypnose nous empare. Hypnose peut être aussi due à certain systématisme dans les tourneries de piano : ostinato rythmique, notes pedales répétées, dessins fugués à l’outrance. Mais Le phrasé rythmique et précis de Mehldau rappelle que Bach a été, si il en est, le premier jazzmen de l’histoire de la musique.

Avant de conclure par deux rappels dont une version très re-harmonisée de Misty, Brad Mehldau confia dans un très bon francais à quel point il avait été nerveux ce soir de jouer dans la salle archi comble de la Philharmonie.

On le comprend avec ce programme exigeant qu’il exécuta avec minutie.

Une initiative aventureuse et une confrontation que ne peuvent se permettre que les grands musiciens.

Vladimir


visuel (c) Michael Wilson / Philharmonie

Après 6 ans et 40 000 articles, Toute La Culture refait son site et ouvre un club culturel pour vous faire vivre la culture en grand!
Nous avons besoin de votre soutien jusqu’au 14 avril à travers notre campagne de crowdfunding sur kisskissbankbank
Les dons commencent à 1 euros et les contreparties sont belles, culturelles et événementielles
Aidez-nous :

Agenda Classique de la semaine du 2 avril
Les vernissages de la semaine du 5 avril : de l’art pour tous les goûts
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *