Jazz
Anne Paceo : sortie de Circles Live et naissance d’un label – Interview

Anne Paceo : sortie de Circles Live et naissance d’un label – Interview

25 février 2021 | PAR Emmanuel Niddam

La talentueuse batteuse Anne Paceo publie le 12 mars prochain la version Live de son album Circles enregistrée durant l’édition 2017 de Jazz Sous Les Pommiers. Elle inaugure ainsi l’espace ouvert par son propre Label Jusqu’à La Nuit. A cette occasion, l’artiste a bien voulu répondre à quelques questions.

Cinq ans après sa parution, et pour couronner un succès public et critique, l’enregistrement Live de Circles offre la possibilité de revivre les moments de grâces que les chanceux festivaliers de 2017 purent vivre à Coutances. La qualité de l’enregistrement permet de donner la profondeur à la musique, et de réaliser le talent de ce groupe d’artistes, qui ont su confirmer et transcender sur scène la grande qualité produite en studio. Anne Paceo se hissait alors à une position de leader qu’elle occupe avec un naturel déconcertant. Nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec l’artiste à cette occasion.

Tout d’abord, comment allez-vous dans cette période sans concert ?

De mon côté je vis un peu sur des montagnes russes. C’est particulièrement douloureux de ne pas faire de concert. Entrer dans une salle, monter sur scène me manquent profondément. Mais je me console, en me disant que ça me permet de monter d’autres projets, comme créer mon propre label Jusqu’à La Nuit.

Durant le premier confinement j’ai composé un peu. Mais depuis l’automne et les nouvelles mesures sanitaires, je n’ai plus aucune inspiration. Pour écrire, imaginer de la musique, j’ai besoin de me nourrir de mon vécu, et là le vécu est trop limité. J’ai eu la chance de répéter autour de mon futur album S.H.A.M.A.N.E.S. C’était assez étonnant : nous avions tous envie de nous lâcher, de mettre énormément d’énergie dans ce que nous faisions, bien au-delà des répétitions habituelles. Je crois que nous étions joyeux d’être ensemble.
Je crois que moi et mes amis, ceux avec qui nous faisons de la musique, nous avons hâte de repartir sur la route. Hâte de jouer. Je ne suis pas la plus à plaindre. J’ai fait quelques sessions d’enregistrement, et des résidences. Ce n’est quand même pas pareil que de faire des tournées : j’aime être en mouvement.

Ces changements amènent aussi d’autres initiatives. Par exemple, nous sommes désormais de nombreux musiciens à nous impliquer dans les questions de représentation syndicale et de prise de décision dans les commissions. Jusque-là, les musiciens se tenaient relativement loin des lieux de décision, je crois qu’il est bon que cela change.

Et c’est dans ce contexte pas évident que vous créez votre label, Jusqu’à La Nuit. Félicitations et bonne chance d’abord. Et ensuite : pourquoi « Jusqu’à La Nuit » ? Y a-t-il des ambitions ?

Ce titre est venu d’une proposition : marcher « jusqu’à la nuit » au bord de l’océan. J’ai trouvé cela poétique, l’idée d’être emmené dans une autre temporalité et dans un autre espace.

Anne Paceo Jusqu A La Nuit Label
Le label, j’y ai pensé pendant un moment. Mais il est né aussi d’une réalité : j’ai dû faire face à la fin de ma collaboration avec Laborie. De leurs côtés, ils pensaient que je n’aurais aucun mal à être emmenée sur les ailes de label d’envergure plus importante. Oui mais, l’épidémie a empêché toute évolution dans ce sens, tous les acteurs du secteur sont devenus instantanément frileux. Alors, plutôt que d’attendre, j’ai pris la décision de créer ma propre structure.

J’apprends donc plus précisément que produire des disques est un gros investissement. Ça questionne sur le modèle en général : basse rémunération sur la vente de disques, prise de risque financier élevée lors de la production, espérance d’équilibre après les tournées. Ce déséquilibre est d’une très grande précarité, et pas seulement pour les musiciens. Tout le secteur vie dans ce risque.

Même si le digital est incontournable, je continue à aimer l’objet album. En CD, ou en vinyle aussi. L’album travaillé, avec une progression de morceaux en morceaux, un objet pensé dans sa plasticité : je trouve que cela offre une dimension artistique plus complète que la simple entrée dans un Track List. L’un n’empêche pas l’autre, mais je conserve l’envie de faire des disques, que l’on peut offrir et garder.

Pour vous, comme pour votre label, quels sont les projets à venir ?

D’abord, Circles Live sort le 12 mars (mais le titre Toundra est déjà disponible ici) en digital, et c’est une grande joie. Puis, peut-être éditerons une petite quantité de vinyles en édition limitée. Et puis très rapidement, en avril, on va enregistrer le projet S.H.A.M.A.N.E.S en studio. La sortie de cet album va mobiliser mon énergie pendant encore quelques mois.

Et passer derrière les consoles ? Mettre votre talent dans la production ? 

Ça me semble un peu lointain pour l’instant. Mais oui, pourquoi pas. J’aimerais bien peut être tenter de produire, faire de la direction artistique. Tout est possible.

Circles Live – TRACKLIST :
1. Sunshine (5:44)
2. Tzigane (9:05)
3. Birth & rebirth (5:35)
4. Toundra (5:20)
5. A tempestade (8:22)

MUSICIEN.N.E.S :
Leila Martial
Christophe Panzani
Tony Paeleman
Anne Paceo

Crédit Photo ©Sylvain Gripoix

Festival Effractions au Centre Pompidou : donner les mots à entendre, envers et contre tout
Une playlist qui commence torride
Emmanuel Niddam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture