Musique

Imany, The Shape of a Broken Heart

Imany, The Shape of a Broken Heart

20 mai 2011 | PAR Vincent Brunelin

L’ EP Acoustic Sessions, dévoilé en novembre 2010, avait révélé une charmante interprète au timbre de voix rauque et sensuel. Imany revient cette fois-ci avec un album, The Shape of a Broken Heart (Think Zik !), qui confirme le talent jusqu’alors entrevu. Précédé du single    « You Will Never Know » , ce premier opus oscille entre folk chaleureux et soul mélancolique. Simple mais ravissant…

C’est en 2008 qu’Imany débarque à Paris. Elle vient de passer sept années à New-York à faire le mannequin. Pourtant, sa vocation profonde n’est pas d’arpenter les podiums, mais plutôt de percer dans la musique. Elle arrive donc dans la capitale avec la ferme intention de concrétiser son rêve, et multiplie les concerts sur les scènes du Beau Lounge, du Réservoir, du China Club ou encore de la Bellevilloise.
Lors d’un passage au Sentier des Halles, elle est repérée par le producteur Malick N’ Diaye (qui a notamment découvert Ayo). Il l’encourage à persévérer et à écrire de nouvelles chansons.

C’est finalement au cours de l’été 2010 qu’elle enregistre ce premier album produit par As’ (Grace, Wasis Diop) et sur lequel figurent bon nombre de musiciens réputés : entre autres les bassistes Laurent Vernerey (Souchon, Biolay) et Stéphane Castry (Asa, Keziah Jones), le percussionniste Steve Shehan (Paul Simon, Mc Cartney), le clavier Johann Dalgaard (Gaétan Roussel) et le batteur Latabi Diouani (Angélique Kidjo, Souad Massi). Un casting pour le moins étoffé…

Née en France, la chanteuse d’origine comorienne livre douze titres chaleureux portés par une même légèreté. Il plane pourtant sur l’album une mélancolie récurrente qui est soulignée par cette voix grave si particulière et des textes inspirés de ses expériences personnelles. Dans un écrin de ballades soul-folk délicates, elle y évoque la solitude (« I Lost My Keys »), la nostalgie (« Kisses in the Dark ») et les histoires de cœur déçues (« Where Have You Been »). Les mots et les mélodies sont simples mais l’ensemble fait mouche, en partie grâce à des arrangements soignés et un subtil mélange de guitares acoustiques et de cordes.

On pense évidemment à Ayo en écoutant le premier single « You Will Never Know » ou encore le titre éponyme de l’album, vibrant hommage à sa terre ancestrale. L’héritage le plus flagrant restant celui de Tracy Chapman, à travers les intonations vocales (« Pray For Help », « I’ve Gotta Go ») et un même univers folk pop (« Seat With Me »). Le disque s’achève sur « Take Care », un des plus beaux titres de l’album, chanté en partie en comorien. Avec The Shape of a Broken Heart, Imany s’impose donc comme une artiste à suivre de près dans les mois et les années qui viennent…

Imany, The Shape of a Broken Heart (Think Zik !), 2011

Site officiel d’Imany
MySpace d’Imany

Live Report : Diversidad au Trianon (17/05/11)
Live report : Le Prince Miiaou au Café de la Danse (03/05/2011)
Vincent Brunelin

One thought on “Imany, The Shape of a Broken Heart”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *