Electro

[Chronique] « Ed Rec Vol. X » : Ed Banger fête son 10e anniversaire en famille

[Chronique] « Ed Rec Vol. X » : Ed Banger fête son 10e anniversaire en famille

22 juin 2013 | PAR Bastien Stisi

Ed Rec Vol X[rating=3]

Après avoir célébré il y a quelques semaines ses dix ans d’existence à l’occasion d’une immense soirée organisée à la Grande Halle de la Villette (plus de 8 000 personnes sur place, quand même…), Pedro Winter et son label Ed Banger Records poursuivent leurs festivités nombrilistes avec la parution logique d’une compile, Ed Rec Vol. X, regroupant les figures les plus probantes de la maison. On souffle les bougies, on se remémore les temps anciens, et on se colle un condensé de dix piges du must de l’électro made in France dans les tympans.

Excepté DJ Medhi, tragiquement parti inaugurer en 2011 le panthéon funèbre des dj électroniques labellisés « french touch », aucun absent notable sur un disque faisant la part belle aux artistes historiques du label (Mr Oizo, SebastiAn, Justice, Busy P…) comme à une nouvelle génération (Mickey Moonlight, Boston Bun…) amenée à assurer avec sûreté et exigence la pérennité d’un label sans doute trop rapidement condamné par les puristes les plus zélés à une descente aux Enfers annoncée, suite à la popularisation et à l’ouverture mainstream supposées connues par la maison de disques de Pedro Winter ces dernières années.

La compile, pourtant, ne se contente pas de dresser un bilan pompeux et normé de la décennie écoulée en accumulant les noms ronflants dans le but exclusif de vendre quelques nouveaux disques supplémentaires. Exceptés Gaspard Augé et Xavier de Rosnay de Justice, qui se contentent ici de livrer un remixe (efficace) de leur titre « Brianvision », tous les acteurs regroupés présentent en effet un inédit spécialement élaboré pour la compilation, dont les composantes permettent de mesurer l’évolution connue par le label depuis ses premiers murmures en 2003, alors qu’Ed Banger se dénommait encore Headbangers Entertainment (une simple société de mangement d’artistes), et que Pedro Winter décidait pour la première fois de sortir et de distribuer le premier disque d’une série ininterrompue, le pionnier Radar Rider du dj-producteur Mr Flash.

D’une base originelle humectée dans une alliance savante entre musique électronique et un état d’esprit résolument rock, le label, rapidement étiqueté « base de lancement officielle hyper indépendante d’une seconde génération d’artistes french touch », a progressivement évolué vers la signature d’auteurs aux univers plus house, plus funk (comme les Cassius, qui rejoignent Ed Banger en 2008), jusqu’à s’acoquiner au pseudo mainstream ces dernières années, si l’on admet toutefois que les dernières productions de Justice et de l’allongé et christianisé Breakbot puissent raisonnablement se voir assimilées à un terme aussi aléatoire et snobinard…

Violente et épidermique avec Mr Oizo (« Secam »), suave et adoucissante avec Breakbot (« The Beach »), vénéneuse et robotique avec Busy B (« Still Busy »), house et héroïque avec Cassius (« Sunchild »), synthétisante et dandy avec Krazy Baldhead (« My Soul is Like a Tree »), voilà une décennie de mutations et de chemins épars résumés sur un disque honnête à défaut d’être innovant, sur lequel on retrouve également les compositions des essentiels Mr Flash (« Recless ») et So Me (« TX/FL/PA »), couches absolues de ciments structurant sans lequel le label n’aurait sans doute jamais pu voir le jour.

« Moi, je te hais, tu appartiens à mon passé / Toi tu n’as fait que dire « à moi », quand je t’ai tué ». Que l’on ne juge pas trop vite les paroles de la complainte amoureuse et assassine de SebastiAn, venant clôturer avec emphase électronique le disque : à l’aube de ses dix années d’existence, Pedro Winter et son label sont encore bien loin de la tombe dans laquelle les sceptiques auraient voulu la placer depuis quelques années…

Visuel © : pochette de Ed Rec Vol. X 

Pour une femme : Diane Kurys enquête sur son histoire familiale
Designerbox : la mode de la box gagne le design
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *