Musique
Destination Woodstock à l’Alhambra

Destination Woodstock à l’Alhambra

29 septembre 2011 | PAR Clement Fraioli

Le 4 octobre prochain, l’Alhambra rendra hommage à l’un des évènements les plus marquants de la contre culture des années 60, le festival de Woodstock. Au cours d’une soirée placée sous le signe du Flower Power, vous replongerez dans une époque qui aura marquée la musique, mais également la société toute entière.

Le 15 août 1969, le festival de Woodstock débute; initialement prévu pour durer 2 jours et accueillir 50 000 spectateurs, il durera finalement un jour de plus et accueillera plus d’un demi million de personnes. Tout au long de cette fête de la musique et de l’amour (et de la drogue!), 32 artistes se relaieront pour des concerts, dont certains sont entrés au Panthéon de la musique contemporaine comme la reprise de l’hymne américain par le flamboyant Jimi Hendrix, ou le Soul Sacrifice de Santana et son épique solo de batterie.

 


 

C’est donc cette ambiance unique que va tenter de recréer la soirée Woodstock à l’Alhambra, avec, pour ce faire, la mise en place d’un spectacle de sons et lumières et près de 2 heures de musique live, durant lesquelles 5 musiciens reprendront les morceaux mythiques de cette période. De plus, un invité exceptionnel sera présent, en la personne de Murray Head.

Si l’organisation de cette soirée part probablement d’une bonne intention, nous pouvons tout de même nous interroger sur les raisons, et la nécessité, de cette multiplication des soirées « nostalgiques ». En effet, après la soirée Age tendre et têtes de bois, et les nombreuses soirées années 80 et 90, c’est désormais au tour de Woodstock de subir cette frénésie du revival. Il faut croire que la musique d’aujourd’hui n’est plus capable de faire bouger les gens. Ou peut être que les programmateurs ne veulent plus prendre aucun risque en présentant des artistes nouveaux et originaux, et préfèrent recycler ce qui a déjà marché par le passé…

Le syndrome de Peter Pan
Le budget de la culture 2012 : souriez, ça grimpe !
Clement Fraioli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *