Musique

Des projets pour l’auteur/interprète de « La bamba triste »

14 juin 2010 | PAR Margot Boutges

«J’me seeeeens… comme une bamba triste »… C’est un refrain qui résonne depuis plusieurs mois sur le web et qu’on avait déjà entonné en décembre dernier. Retour sur une vidéo clip qui a créé le buzz et du neuf sur les projets de son auteur Pierre Billon.

Plus d’un million de clics sur Youtube pour le clip 80’s tourné devant une cabane à Chamonix avec un moustachu blond qui se déhanche  dans la neige en claquant des doigts et en tapant dans les mains. Et en chantant aussi. Sur un rythme joyeux, il entonne des paroles sibyllines qui n’auraient rien à envier à du Jean-Patrick Capdevielle : « J’me sens comme un accord yougoslave auquel on aurait cruellement interdit l’entrée de la belle Ferronnière !  J’me sens comme Pierre le preneur de son qui rit sans envie parce que le client lui dit « écoutons hydrophilement !

Le parisien a rencontré Pierre Billon dans son studio de Levallois-Perret. Il est revenu sur la genèse de son album qui a  récemment été réédité par Sony et qui avait fait un flop il y a 26 ans. Pierre Billon était le producteur discographique et le parolier de Johnny Hallyday. Il a composé La Bamba triste en 1984 avec un guitariste des Musclés et l’avait interprétée pour expier sa douleur d’avoir été largué par son compère de toujours. Le succès n’avait alors pas été au rendez-vous. « A l’époque, ma mère et certains de mes amis l’avaient sans doute acheté… Le bide total. » déplore-t-il. Heureusement, la reconnaissance est venue le couronner sur le tard et La bamba triste est sortie de l’oubli dans lequel elle n’aurait jamais du tomber.

Billon avoue : «Le clip est mauvais.» Il reste lui même subjugué par l’étendue de la mauvaiseté de son look. « Je n’étais pourtant pas drogué » assure-t-il. Il reste cependant très fier des paroles qui parlent du milieu dans lequel il évoluait à l’époque. « La chanson, je la cautionne, elle est vachement bien ! » assure-t-il. Pour ses projets à venir, le parolier de Lorie (Sur un air latino, c’est lui !) et réalisateur de génériques pour la télévision a annoncé qu’il était prêt à refaire de la scène, des plateaux télés et à partir en tournées dans la « France profonde ». La fête de la moule en Bretagne l’aurait contacté pour se produire cet été ! On y sera… pas.

Coupe du monde : ITV rate son but
Zaz, mi-jazz, mi-blues et chabadabaday
Margot Boutges

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *