Chansons
Benjamin Cotto : « Les femmes font partie de ma vie » (Interview)

Benjamin Cotto : « Les femmes font partie de ma vie » (Interview)

08 juin 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Ex-membre du duo Lilly Wood and The Prick avec Nili Hadida, Benjamin Cotto se lance désormais en solo. Le chanteur et compositeur vient de sortir un nouveau titre intitulé « Le Grand Bleu ». Cette chanson, dans laquelle le chanteur parle de son amour des femmes et son attirance pour la couleur bleu, fait partie de son prochain EP « Bleu » prévu pour le mois d’octobre. Tout est dans le titre ! 

Dans cette interview accordée à Toute la culture, le chanteur parle de son nouveau titre réalisé en court-métrage et de son nouvel EP. 

La pochette du single Le Grand Bleu de Benjamin Cotto disponible depuis le 4 juin 2021.

 

Toute la culture : Vous venez de sortir le titre « Le Grand Bleu ». De quoi parle cette chanson ? 

Benjamin Cotto : C’est une chanson qui parle d’amour et notamment des échecs sentimentaux. Ces dernières années, j’ai vécu des choses qui m’ont touchées, blessées ou rendu heureux. J’ai eu envie de les raconter en chanson. D’où ce titre. 

Le film de Luc Besson, Le grand bleu vous a-t-il inspiré pour le titre de votre chanson ? 

Non. Mais Le grand bleu est un film que j’aime beaucoup. Certes ce film se passe au bord de la Méditerranée comme mon court-métrage. Mais à travers le titre de ma chanson, j’ai surtout voulu axer sur les yeux de la fille dont je parle dans cette chanson et qui a les yeux bleus. 

Le bleu, ça incarne quoi pour vous ? 

Le bleu représente la mer, les océans. Le bleu a aussi un côté nostalgique et mélancolique qui donne beaucoup de place à la poésie. En plus, la vie a fait que j’ai rencontré beaucoup de femmes qui avaient les yeux bleus. 

Pourquoi un court-métrage pour ce single ?

Pour moi, le cinéma et la musique forment un seul ensemble. Les inspirations viennent beaucoup à travers les images et le cinéma. Il me semblait assez logique que cette chanson soit illustrée à travers un petit court-métrage et un clip pour aller jusqu’au bout du projet. 

On peut apercevoir, à travers ce court-métrage, deux actrices : Lou Lampros et Marie-Ange Casta. Pourquoi ces deux jeunes femmes ? 

Ce sont deux comédiennes qui sont aussi des amis. Je leur ai proposé un pitch et elles ont acceptées. J’ai voulu faire un court-métrage qui soit très inspiré de Plein soleil ou La piscine avec Alain Delon. 

Le grand bleu figurera dans votre prochain projet de dix titres Bleu prévu pour octobre 2021. Comment l’avez-vous préparé cet album ? 

Pour ce projet, j’ai voulu utiliser un instrument, le Wurlitzer. C’est un piano des années 70. C’est un instrument très organique et très vivant qui m’a permis de poser très facilement ma voix et d’écrire mes textes dessus. Pour mon EP, j’ai voulu me mettre en danger, recommencer à enregistrer dans la cave avec très peu de moyens… C’était nécessaire pour moi d’aller chercher au fond de moi-même. 

« Je trouvais tout à fait légitime que ces femmes soient présentes et qu’on les entende énormément. » (Benjamin Cotto)

C’est un EP où vous vous entourez de beaucoup de femmes. Parmi elles, Marine Quéméré, Margaux De Fouchier, Manon Leloup et aussi Sarah Bouakline Le Scouarnec. Qu’amènent-elles de particulier ? 

C’est toujours très intéressant de jouer sur la dualité avec une texture de voix d’homme et de voix de femme. Sur ce projet, je parle de femme et les femmes font partie de ma vie, que ce soit en tant que femme avec qui j’ai eu une histoire amoureuse ou en tant qu’amie. Pour moi, il y a très peu de différence entre l’amour et l’amitié. Je trouvais tout à fait légitime que ces femmes soient présentes et qu’on les entende énormément. Ce n’est pas un EP de duo mais un EP où les femmes sont là. Elles sont là par les mots, par la voix, par ce que je dégage à travers les instruments joués qui sont très vivants et très organiques. 

Préparez-vous déjà d’autres courts-métrages ou des clips ? 

J’espère en faire d’autres en effet. J’ai vraiment l’ambition de réaliser des films, des courts-métrages, de la fiction et des clips. Alors oui, je vais continuer. Je sors déjà un prochain single à la rentrée. 

Visuels : E47 Records. 

[Critique] Avec « Le Père de Nafi », Mamadou Dia tutoie l’universel
Comment réussir le post covid dans le secteur culturel ? Les résultats de l’enquête Toute La Culture x Sendethic
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture