Musique

Découverte rock : Nevchehirlian ce soir à l’International

13 décembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Une des révélations de la scène rock française de cette année, Nevchehirlian se produira ce soir à l’International. Occasion à ne pas rater de découvrir cet artiste à l’univers sonore déjà bien affirmé, où la déclamation de poèmes ciselés domine des compositions rock du meilleur aloi.

C’est au mois de mai qu’est sorti Monde nouveau Monde ancien, premier album singulièrement abouti et solide de Nevchehirlian, groupe formé autour du poète et multi-instrumentiste marseillais Fred Nevchehirlian.

Déclamant une poésie tantôt douce amère tantôt féroce, toujours sans chichi, l’artiste dit cette période anxiogène, ce monde en changement, entre monde ancien et révolu et monde nouveau qui n’advient pas. Il dit le cynisme, la tension et l’angoisse ; il dit le mystère de l’altérité, la tendresse, l’émoi.

Et si Nevchehirlian sait captiver, exiger qu’on l’écoute et ne fasse rien d’autre, c’est non seulement que ses textes intriguent suffisamment, mais aussi que les compositions sont très soignées. Bien sûr, on pense au Noir Désir expérimental des derniers temps, celui de « Ces gens-là » (reprise de Brel) et Des Visages Des Figures. Mais rien ici de bêtement copiste. Cela tient davantage de l’affinité de cœur. Et on n’est guère surpris de voir apparaître dans le projet les noms du Serge Teyssot-Gay (co-compositeur et guitariste sur « La mer ») ou l’excellent saxophoniste jazz Akosh S. (sur l’intense et déchiré « Notre fuite en avant », un bijou).

La musique est subtile, sophistiquée sans rechercher la sécheresse abstraite du trop expérimental, illustrative, physique, rêveuse, tripale, mentale… Les arrangements sont particulièrement soignés et les compositions diverses, étoffées, où se croisent piano, sax, violoncelle, trombone, guitares… à la croisée du rock jammé et du jazz fusion. Et divers talents se croisent ici : l’auteur et compositeur Marcel Kanche (qu’on a connu aux côtés de M et Vanessa Paradis et qui signe ici « L’homme troué »), le jazzman Raphaël Imbert, le dramaturge Ronan Chéneau (qui signe le texte incisif de « Tout », lucide observation du cynisme et des drames de l’époque), etc.

Loin des textes abscons et de la déclamation de Bertrand Cantat, dont on ne cesse de mesurer l’impact immense sur les chanteurs/auteurs rock français (de Luke à Eiffel, en passant par Déportivo ou Saez) ou d’aïeux prestigieux (Ferré, Bashung, Gainsbourg…), Nevchehirlian montre qu’une autre voi/e/x est possible pour la poésie rock.

Il est peut-être encore un peu tôt pour annoncer là un grand disque de rock français. Quoique… Mais à l’écoute et à la réécoute de Monde nouveau Monde ancien, on a le sentiment d’avoir affaire à un des plus prometteurs artistes ayant émergé cette année sur la scène française.

En tournée française, il est passé par Paris et y repassera. Nous ne manquerons donc pas de vous en reparler.

L’International, 5-7, rue Moret, Paris XIe, M° Ménilmontant
Nevchehirlian, Monde nouveau Monde ancien, Underdog Records/Rue Stendhal

MySpace de Nevchehirlian

Dis-leur que la vérité est belle , une pièce sur l’exil d’Algérie
Isabelle Huppert
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *