Classique
Création mondiale de « Requiem civil » par le chœur Aedes aux Catacombes de Paris

Création mondiale de « Requiem civil » par le chœur Aedes aux Catacombes de Paris

29 octobre 2022 | PAR Victoria Okada

À partir du 1er novembre prochain, l’oeuvre « Requiem civil » de Lise Borel, sur les paroles en anglais de Cécile Borel, sera mise à la libre disposition pour accompagner les cérémonies funéraires, par téléchargement (partition et enregistrement). L’œuvre est une commande de la Fondation Roc.Eclerc.

Partant du constat que les cérémonies civiles funéraires sont en forte augmentation, la Fondation Roc.Eclerc a souhaité proposer une œuvre musicale, nouvellement et spécialement composée pour cet effet. L’écriture musicale a été confiée à Lise Borel, compositrice et cheffe de chœur assistante à la Maîtrise de Radio France. Plutôt que de servir un texte en français, elle a proposé à sa mère Cécile Borel de composer un poème en anglais.

« Accompagner quelqu’un lors de son départ ultime, dit-elle, c’est un moment pur de réalité des émotions,  face à la souffrance causée par la mort. On ne peut pas jouer avec cette réalité. C’est pourquoi nous ne voulions pas que le mot devienne ‘quelque chose de trop’. Le sens du mot français enferme et souligne de nombreuses émotions ; c’est trop proche de nos oreilles, trop proche de symboles, c’est plus qu’une évidence. De surcroît, tout le monde ne cherche pas la même signification dans le même mot. Nous avons cherché à ce que les gens puissent s’abreuver, se reposer dans ce Requiem, à travers cet anglais volontairement flou. Si on écrivait en latin comme pour les Requiem du passé, la connotation religieuse prévaut avant tout, même si la sonorité de cette langue étrangère séduit. En anglais, il y a la quête de sens, un ancrage et aussi un flottement » (propos recueillis par Victoria Okada).

L’œuvre est construite en cinq mouvements – « See me », « I remember », « Roses and Lilies », « Now is the time », et enfin, « Eternity ». Chaque mouvement accompagne chaque moment de la cérémonie : accueil de ceux qui sont venus dire adieu au défunt, souvenir du défunt, moment de recueillement autour du cercueil, séparation (« c’est le moment de mystère aussi », précise Lise Borel), et l’éternité. Dans le dernier mouvement se retrouvent tous les thèmes entendus dans les précédents.

L’œuvre, qui dure une douzaine de minutes, est interprétée par l’Ensemble Aedes dirigé par Mathieu Romano. Les soli et les tutti tantôt alternent tantôt s’entremêlent, dans un flux constant. Certes, une certaine virtuosité se présente, surtout lorsque la pièce est interprétée par des chanteurs aussi chevronnés que ceux d’Aedes, qui savent parfaitement mettre en avant toutes les qualités de la partition. Mais la musique est également conçue pour être chantée par les participants de la cérémonie, qu’ils soient musiciens ou non.

Ce Requiem Civil sera créé le 31 octobre dans les Catacombes de Paris, puis, mis à la disposition de tous par le lien de téléchargement sur le site de la Fondation Roc.Eclerc 

Une web-série de cinq épisodes est disponible ici

photo © Victoria Okada

La playlist de leurres divers
“Mayerling”, l’incroyable ballet de Kenneth MacMillan
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration