Classique
Shani Diluka, Natalie Dessay et Pierre Fouchenneret Honorent Marcel Proust Au théâtre des Champs Elysées.

Shani Diluka, Natalie Dessay et Pierre Fouchenneret Honorent Marcel Proust Au théâtre des Champs Elysées.

16 novembre 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard


Le concert du dimanche 14 Novembre 2021, à 11h, réunit au Théâtre des Champs Elysées la pianiste Shani Diluka, la cantatrice Natalie Dessay et le violoniste Pierre Fouchenneret. Ils interprètent, entre autres, des œuvres de Claude Debussy, Gabriel Fauré, Reynaldo Hayn, Henri Duparc, Cécile Chaminade, dans un concert inspiré par l’œuvre de Marcel Proust.

Un écrivain mélomane,

Nous fêtons cette année le 150ème anniversaire de la naissance de Marcel Proust. Le Théâtre des Champs Elysées propose un voyage musical à travers la belle époque, ses salons mondains et surtout dans l’intimité de l’écrivain. Le Théâtre des Champs Elysées parait être le lieu idéal pour ce concert en l’honneur de Marcel Proust : il a été construit en 1913, l’année de la publication de « Du coté de chez Swann ». Marcel Proust aimait et connaissait très bien la musique. Il a rencontré dans les salons parisiens Fauré, St-Saëns, Massenet et surtout Reynaldo Hayn , son meilleur ami. La musique fait partie de l’univers intime de l’écrivain, c’est un idéal esthétique qui permet au-delà des mots d’accéder à l’inaccessible et à l’éternité. La pianiste Shani Diluka est également poétesse et amoureuse de Proust.

Rêveries poétiques

Le concert débute par la « rêverie pour piano » composée par Claude Debussy en 1890, œuvre très douce, très romantique, interprétée par Shani Diluka avec délicatesse et retenue. L’ambiance est onirique et Natalie Dessay lit le premier texte : « longtemps je me suis couché de bonne heure ». Le temps parait comme suspendu entre veille et sommeil. Puis Natalie Dessay interprète les mélodies de Gabriel Fauré et d’Henri Duparc : la voix de la cantatrice parait douce, chaude, expressive. Elle s’assoit ensuite sur une chaise toute simple éclairée par une lampe de chevet alors que la pianiste continue de jouer. Le spectateur peut imaginer Marcel Proust seul dans sa chambre écoutant la musique les yeux clos. Shani Diluka interprète la plainte d’Orphée, une adaptation de Wilhelm Kempff pour piano, de l’opéra de Gluck, une mélodie émouvante par sa beauté, sa douceur.
Marcel Proust admirait Wagner : la pianiste interprète la mort d’Isolde dans une transposition de Franz Liszt. Contraste, la musique est plus tourmentée puissante, nécessitant énergie et virtuosité.

Quand les notes rejoignent les mots

La sonate de Vinteuil : œuvre fictive et mythique, dont la petite phrase illumine l’amour de Swann pour Odette. Nathalie Dessay lit la découverte de la sonate par Swann. Merveilleuse narratrice au service d’un texte exceptionnel. On ne peut mieux dire la magie de la musique, la force, la subtilité des émotions qu’elle suscite. Shani Diluka a composé une « sonate de Vinteuil » que nous entendons en exclusivité : elle est accompagnée par Pierre Fouchenneret au violon pour un duo d’amour très mélodieux, très apaisant.
Le voyage dans l’œuvre de Proust se poursuit avec la lecture de deux textes : «la mer fascinera toujours ceux chez qui le dégoût de la vie… », « Ce goût c’était celui du petit morceau de madeleine… ». Natalie Dessay commence seule puis accompagnée par le piano, très doucement. La pureté de la musique de Fauré est un écrin pour le texte, mettant en valeur la grande musicalité de l’écriture de Proust. Les notes et les mots s’harmonisent parfaitement.
Le concert se termine par Claude Debussy avec des mélodies chantées par Natalie Dessay et par l’Isle Joyeuse : une œuvre pour piano solo, composée en 1904. La musique est colorée, rythmée volontiers dissonante, d’une grande modernité.
« A la recherche du temps perdu » est le fil conducteur de ce concert. Ce spectacle, très original, célèbre l’union harmonieuse de la littérature et de la musique. L’auditeur est touché par l’ambiance, l’atmosphère, intimiste et poétique. Un moment de douceur, de pureté, de rêveries, de souvenirs…

Visuel : programme de salle

Un asile pour les œuvres aux Abattoirs de Toulouse
« Kliniken » de Julie Duclos, reflet hospitalier de la folie du monde
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture