Classique
[Live Report] A l’Opéra de Massy : un Requiem à réveiller les morts

[Live Report] A l’Opéra de Massy : un Requiem à réveiller les morts

31 mars 2015 | PAR Elodie Martinez

C’est à l’Opéra de Massy qu’il fallait être vendredi soir pour entendre le Requiem de Duruflé, précédé d’un air et d’une symphonie de Mozart interprétés par Stéphanie d’Oustrac, l’Orchestre national d’Île-de-France et le chœur Vittoria, le tout sous la baguette du chef Enrique Mazzola. Avec une telle affiche, on s’attendait à un moment superbe… et c’était finalement encore mieux ! Une soirée divine à en chatouiller les nuages.

Le programme commence très fort avec Alma grande e nobile de Mozart. Deux notes suffisent nous plonger dans l’univers vif et coloré du compositeur allemand et la mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac n’a donc aucun temps de répit avant de se trouver face à un public « à froid » : aucun air pour se plonger dans une atmosphère particulière. Cependant, en a-t-on besoin lorsque l’atmosphère en question est mozartienne et que de tels talents la servent si bien ?

La puissance vocale de la cantatrice est impressionnante dans cette salle où elle laisse entendre une diction toujours aussi parfaite et avec une énergie qui ne peut que maintenir l’intérêt du public. L’artiste semble ici portée par le dynamisme de la partition tout en lui donnant de sa force. On assiste donc à un véritable échange porté par un orchestre et une direction musicale très efficace dans une joyeuse harmonie.

Suit La Symphonie n°40 en sol mineur, l’une des plus célèbres au monde, datant de 1788 et appartenant aux trois dernières symphonies écrites par le compositeur. Présenter un tel monument de la musique est toujours périlleux car le public la connaît pour l’avoir entendue de nombreuses fois : il faut donc parvenir à pallier à ses attentes tout en réussissant à s’approprier la partition et bien sûr rester fidèle à l’esprit du compositeur. Enrique Mazzola et l’Orchestre national d’Île-de-France parviennent haut la main à relever le défi grâce à une direction d’une grande efficacité au rendu net et précis.

L’entracte permet alors de reprendre ses esprits après ce moment si intense. Le chœur Vittoria d’Île-de-France prend place sur scène pour le Requiem, op.9 de Duruflé. Après la tourmente aux accents parfois proche de la folie, nous allons chercher une certaine paix, un réconfort dans cet ensemble réunissant tous les protagonistes de la soirée. La douceur des toutes premières notes de l’introduction nous fait déjà frôler la béatitude, mais voilà que surviennent les voix d’hommes du chœur. Nous descendons alors de notre nuage avec cette même sensation peu agréable de marcher pieds nus sur des cailloux après une promenade sur une plage de sable fin. Il manque une certaine union ou peut-être une régularité dans ce chœur qui semble ne pas sonner toujours à l’unisson.

Ne nous méprenons pas : l’ensemble du Requiem reste un moment aux accents de toute beauté, alternant douceur et puissance, la première n’étant tout simplement pas toujours aussi reposante qu’on l’attendrait. L’ « Ozanam in Excelsis ! » est l’un des moments forts, de même que le final, mais le moment le plus notable reste sans conteste le « Pie Jesu » interprété par Stéphanie d’Oustrac. Quelque chose se passe alors, indescriptible. Une sorte de communion, peut-être ?

Photo d’Enrique Mazzola : ©Ted Paczula
Photo de Stéphanie d’Oustrac : ©Perla Maarek

Gagnez 10 places pour le film « Lost River » de Ryan Gosling
Rue Denoyez : la fin d’une belle histoire
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture