Classique
Les siècles et Huelgas Ensemble au Festival de Laon

Les siècles et Huelgas Ensemble au Festival de Laon

05 octobre 2021 | PAR Victoria Okada

Jean-Michel Verneiges, le directeur artistique du Festival de Laon, a concocté pour sa 33e édition une programmation étonnante, sous le thème de « Proust, du côté de la musique ». Nous avons assisté à deux concerts, « Saint-Saëns symphonie et pianiste » (30 septembre) et « Les Voix du premier gothique » (1er octobre).

Saint-Saëns et Mozart par Les Siècles

Pour ce concert Saint-Saëns dont on fête également les cent ans de la mort, François-Xavier Roth se retrouve avec son père organiste Daniel Roth et le pianofortiste australien Kristian Bezuidenhout. Ce dernier interprète, en compagnie de l’orchestre Les Siècles, le 23e Concerto en la majeur de Mozart, « celui de Monsieur Saint-Saëns ». Sur le piano Érard de 1860 au son perlé, Bezuidenhout reproduit des gestes anciens en ajoutant des accords pendant les tutti d’orchestre et des ornements dans sa partie solo. L conçoit son jeu comme une partie intégrante de l’ensemble, sans que l’instrument soit mis en valeur en tant qu’un instrument à part, à l’égal de l’orchestre. Cette approche, bien que de plus en plus fréquent, confère une fraicheur à cette œuvre archi-connue ; elle permet de retrouver une intimité entre l’orchestre et le piano.

Les deux œuvres de Saint-Saëns, des « tubes » de la musique classique elles aussi, n’ont pas toujours autant de chance pour retrouver une telle sonorité. Outre les instruments d’époque joués par les musiciens d’orchestre, l’orgue de la cathédrale, construit par Henri Didier en 1899, est contemporain du compositeur. Comparé à des orgues portatives amplifiées au son électriquement traité dans des salles ne disposant pas d’un orgue, entendre la résonance naturelle de cet instrument majestueux offre un plaisir de luxe. Les cuivres et les bois, plus piquants, donnent le ton qui marque l’oreille. François-Xavier Roth réserve une montée triomphale vers la fin, en inondant la nef d’une lumière sonore plus que réjouissante. La réjouissance continue dans le bis, Bacchanale de Samson et Dalila, qui exalte encore davantage l’esprit.

Voix gothique avec Hueglas Ensemble

Passionné de l’art gothique, Proust évoque dans Le Côté de Guermantes la cathédrale de Laon. En lien avec ce passage, Hueglas Ensemble, qui fêtera ses 50 ans l’année prochaine, donne un programme qui va de plain-chant à la polyphonie sophistiquée de Pérotin. Le concert a lieu à l’occasion de 900e anniversaire de la fondation de l’ordre de Prémontrés, dans l’église Saint-Martin construite pour cette congrégation. Un contexte parfait pour présenter quelques-unes des pièces faisant partie des manuscrits de Laon, une mine de trésors pour le répertoire de la musique médiévale. Paul van Nevel, pionnier du répertoire, dirige les dix œuvres du programme avec science que lui seul pourrait offrir à l’auditoire. Quant aux chanteurs, chaque voix, claire et céleste, se marie avec les autres que soit en unisson qu’en polyphonie, pour atteindre le point culminant avec Viderunt omnes du maître de l’école de Notre-Dame époustoufflant.

Pour les comptes rendus détaillés, visitez notre site partenaire vivace-cantabile.com

photos © Robert Lefèvre

Au Capitole de Toulouse, La Gioconda de Ponchielli baigne dans la guerre des sexes
Cycle ABCD Honoré au Forum des images : passionnante discussion sur la fabrication de films
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture