Classique
Douceur des Nuits d’été et Magnificence d’Athalie à la Cité de la musique

Douceur des Nuits d’été et Magnificence d’Athalie à la Cité de la musique

31 mai 2013 | PAR Bérénice Clerc

La Cité de la Musique accueillait sur sa scène, le 29 mai, l’orchestre de chambre de Paris, Laurence Equilbey, Accentus et quelques solistes pour les Nuits d’été de Berlioz et le magnifique Athalie de Mendelssohn joué avec brio.

EoP-ensemble

La pluie, l’automne à la fin du mois de mai sont devenus le centre des sujets de conversations parisiens. La Villette ne se gorge pas de pique- nique et de sportifs en tout genre sur ses pelouses vertes, mais le soleil absent a offert tous ses rayons à la lune protectrice pour une deuxième partie de concert somptueuse finement dirigée où orchestre et solistes brillèrent avec éclat, puissance, force et subtilité Mendelssohnienne.

La salle est comble, l’orchestre s’installe, la célèbre Véronique Gens est attendue pour interpréter Nuit d’été de Berlioz, 6 pièces qu’elle a enregistré et joué de nombreuses fois.

vg

Le concert démarre, la douce voix de Véronique Gens inonde l’espace, son vibrato est parfois un peu trop présent et le manque d’articulation et de subtilité poétique dans la diction de la langue française est parfois regrettable mais son investissement, son humilité et sa présence rendent le moment agréable. L’orchestre manque de puissance pour les deux premiers morceaux, il faut tendre l’oreille pour entendre toutes les variations et finesses de la partition où les instruments se croisent, répondent à la voix, se rencontrent mais ne sont jamais au complet.

Dès le troisième morceau, la mièvrerie bucolique disparaît et laisse place à la gravité, la mélancolie et le soupir final proche du silence. La direction de Laurence Equilbey, dansée, presque enfantine sculpte la musique dans ses moindres détails et fait naitre des reliefs sonores variés ténus et colorés.

Absence, Au cimetière et L’île inconnue achevèrent cette première partie à la ligne vocale limpide et l’orchestre tout en contrastes.

Les bravos fusent, les applaudissements durent, Véronique Gens est très aimée du public, il la rappelle encore et encore, son sourire et sa simplicité ne la lâcheront pas.

L’humeur est légère pendant l’entracte, malgré la nuit d’été, dehors il fait froid, il faut vite retrouver Athalie de Mendelssohn sur le livret de Racine.

L’orchestre, Accentus, les solistes et Laurence Equilbey prennent place, l’ouverture démarre, extraordinaire, en quelques secondes comme dans Alice au pays des merveilles, les spectateurs sont happés dans un autre monde où la musique toute puissante les transporte.

La fable d’Athalie, récit biblique difficilement résumable en quelques mots a pour récitant Mathieu Genet, il donne à entendre le texte, son verbe est clair, il en fait un peu trop mais sa tâche est ingrate en regard de la prouesse musicale livrée par l’orchestre éclatant, puissant, les solistes raffinées et le chœur Accentus au sommet de se verticalité à l’articulation, la diction et la sensualité poétique de la langue française quasi parfaites.

insula2

En ces temps où une certaine église catholique semble en perte de repères, quelle belle image de la musique sacrée.

Le chœur commente, les solistes font le focus sur les actions ou les sentiments, les instruments se parent de couleurs nombreuses, la lumière éclate en tous points. Bois gracieux, harpe à l’antique, tourbillon de cordes, cuivre savoureux, trompettes et timbales déterminées, affrontements, l’action se vit note par note, lente, vive, mouvementée, toujours juste.

La direction est puissante, la chef disparaît, modèle la pâte en fusion, tire des rubans sonores, les laisse s’envoler, vibrer au souffle des vents veloutés et chauds.

Comme des ballons dont elle ôte le lest, elle entraine la partition de l’orchestre et du chœur jusqu’aux cieux avec des effets de grandeur et une finesse rare. Athalie résonne comme un pan de l’histoire de l’humanité, la musique dessine les contours du drame, La Cité de la Musique est pleine de sa magnificence.

Un début de concert tout en douceur et une deuxième partie inattendue, éclatante, d’un grand niveau musical, celui où les émotions ont toutes leurs places.

Visuels (c) OCP, Laurence Equilbey, Véronique Gens.

« Comment s’en sortir »: Le supplique de Jean-François Kahn
Le Veilleur de James Preston Girard, du déjà lu…
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture