Musique
Christian Maugein : « Les Primeurs de Massy sont caractérisés par la fougue, la nouveauté et la passion de la jeunesse »

Christian Maugein : « Les Primeurs de Massy sont caractérisés par la fougue, la nouveauté et la passion de la jeunesse »

26 octobre 2019 | PAR Yaël Hirsch

Les primeurs de Massy est un festival porté par l’espace Paul B. dédié aux premiers albums qui a aussi désormais lieu aussi à Castres. Alors que l’édition 2010 commence cette semaine, Christian Maugein directeur programmateur de l’événement répond à nos questions. 

Comment organiser des « primeurs » au seuil de l’hiver ?

Les Primeurs trouvent naturellement leur place en automne, nous sommes même un peu en avance. En créant ce festival nous ne pensions pas aux petits pois, carottes et haricots verts  mais plutôt aux jus  issus de la vigne qui donnent Les Primeurs caractérisés par  la fougue, la nouveauté  et la passion de la jeunesse qui ose tout et  qui avec la maturité offrent les plus beaux nectars. C’est un parallèle avec les artistes émergents qui nous séduisait  et qui  nous semble encore pertinent.

Comment repérez-vous les premiers albums à l’affixe des primeurs ? Travaillez-vous avez les labels si oui comment ?

Comme tous ceux qui travaillent à la programmation d’événements nous sommes en éveil permanent. Souvent ce sont les artistes qui viennent a nous généralement par leur entourage professionnel et plus particulièrement les tourneurs. Pour ceux qui ont peu ou pas de partenaire professionnel c’est par notre connaissance du milieu musical et donc comme dans  tous les métiers les réseaux que l’on peut y tisser,  que nous prenons connaissance des projets en devenir.

Jugez-vous purement sur l’album ou la présence scénique est elle importante ?

La présence scénique est essentielle car si c’est bien  à l’occasion de leur premier album que les artistes sont invités aux Primeurs de Massy et de Castres c’est bien un concert qui sera présenté au public. Certes la qualité du répertoire est primordiale mais la présence scénique n’en est pas moins importante sauf coup de foudre et impossibilité totale à voir les artistes en scène avant le festival , nous avons assisté a au moins un concert de chacun.

Il y a une touche de féminité soulignée cette année ! Envie ? Air du temps ou projet organisé ?

C’est vrai et c’est souvent le cas pour ce festival mais particulièrement cette année et toutes les pistes évoquées sont exactes. L’air du temps bien sûr,  même si la réalité est encore éloignée de la parité il n’en demeure pas moins que les femmes sont plus présentes au sein des formations musicales. L’ envie bien évidemment car si on aime l’humanité on ne veut pas la réduire à une moitié, et le projet organisé un peu aussi car consciemment ou inconsciemment n’importe quel mâle dit dominant si il a un peu de jugeote est influencé par les mouvements sociaux. Ceci étant pour être tout à fait honnête la représentation est flatteuse cette année, mais à bien y regarder il s’agit essentiellement des artistes « leaders » car dans  la composition des groupes on est encore loin de la parité, les hommes en composent toujours la majorité

Certains artistes ont déjà  ce beaucoup fait parler d’eux comme Roni Alter qui était aux Victoires ? Y a t il un principe de têtes d’affiches ? Ou pas du tout ?

Pour les professionnels et la presse certains artistes semblent déjà presque familiers mais ne nous y trompons pas la reconnaissance du public n’est encore pas acquise, cette année particulièrement aucun artiste des Primeurs ne peut réellement revendiquer avoir trouver « son public «  même si il est exact que quelques-uns ont déjà bénéficié d’une exposition médiatique qui n’est pas négligeable. On ne peut pas vraiment parler de « têtes d’affiches » aux Primeurs de Massy  et de Castres et ce n’est en tout cas pas un critère ou un principe de présence aux Primeurs de Massy et de Castres.

En revanche il est vrai que lorsque nous avons invité Juliette Armanet, Feu ! Chatterton des exemples parmi d’autres, ces artistes avaient déjà conquis un public mais nous n’allons pas jusqu’à nous priver de tels artistes sous prétexte que leur carrière a déjà pris quelques virages.

A contrario pour l’édition 2018 nous avons décliné la sympathique et  généreuse proposition de recevoir Eddy de Pretto que nous aimons beaucoup et que nous avions beaucoup accueilli en répétition car il nous semblait que sa trop forte notoriété nuirait à l’équilibre entre artistes partageant la même soirée.   

Le festival est il ouvert à tous  les genres musicaux ?

Tous les genres musicaux des musiques actuelles sont présents aux Primeurs hormis certaines  formes très radicales qui sont de nature très clivante et qui ont du mal a s’insérer dans une programmation qui est volontairement très éclectiques dans le contenu même des soirées. La pop , le rock, la chanson, la world, les musiques électroniques peuvent très bien cohabiter sur la même scène le même jour. La question essentielle que nous nous posons sur la programmation est : Quels sont les artistes si différends soit-ils qu’un même public est capable d’apprécier ?

Il-y-a-t’il certains artistes que vous avez fait découvrir au grand public ces vingts et quelques dernières années et dont vous êtes particulièrement fiers ?

Je pense qu’aucun festival, salle de spectacle ou média ne peut se prévaloir d’avoir fait découvrir un artiste par contre  nous sommes tous acteurs dans la construction d’une notoriété ainsi nous avons présentés à leur tout début des artistes aussi divers que  Tryo, Camille, Jeanne Added, Sanseverino,  Superpoze, Asaf Avidan, Jain…

Comment s’est décidé et comment se passe le double lieu avec Castres ?

Nous collaborions déjà  avec  Olivier Nicaise le directeur  du « Bolegason » à Castres, lorsqu’il était encore en banlieue parisienne, c’est quelqu’un qui connaissait bien le festival et dont nous sommes très proches et surtout  qui partagent nos valeurs, avec lui nous étions sûr que l’âme du festival ne serait pas pervertie.

Assez vite lorsqu’il est arrivé à Castres il a voulu créer un évènement et plus il y réfléchissait plus il en arrivait à la conclusion que ses idées rejoignaient fortement celles des Primeurs de Massy, et,  c’est arrivé au bout de ses réflexions qu’il nous a sollicité pour créer une édition miroir , ce que nous avons accepté avec enthousiasme.

La dualité se passe très bien et enrichie le festival, tout le monde y gagne en reconnaissance, notoriété, mutualisation des moyens. Les contraintes sont essentiellement liées à la circulation des artistes que ce soit dans la construction des soirées mais aussi d’une manière plus pratique pour les transports d’une ville à l’autre qui ne sont pas toujours aisées mais ce double festival est fait pour les artistes généreux et plein d’allant!

Visuel : affiche du festival 

« En ce temps là, l’amour » de Gilles Segal. L’optimisme par sa thése et son antithése.
Trabendo : Liberté totale pour Thomas Azier
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Christian Maugein : « Les Primeurs de Massy sont caractérisés par la fougue, la nouveauté et la passion de la jeunesse »”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *