Chanson
Manudigital & Bazbaz : #LoveBordel est un reggae 2.0″ (Interview)

Manudigital & Bazbaz : #LoveBordel est un reggae 2.0″ (Interview)

28 février 2022 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Bazbaz, figure incontournable de la scène française, et Manudigital, le plus international des producteurs français de Reggae nous présentent « #LoveBordel », un EP de 9 titres, fruit de leur collaboration née lors du premier confinement de 2020. #LoveBordel » est un mélange subtil de leurs deux univers, une rencontre entre la chanson française et le dub pour un résultat chaud, planant et sexy ! Toute la culture a rencontré les artistes au Studio Luna Rossa du 13e arrondissement de Paris. 

Bazbaz et Manudigital, comment s’est faite la rencontre entre vous ? 

Bazbaz : Nous nous sommes rencontrés virtuellement sur Instagram. C’était lors du premier confinement. J’avais contacté Manu parce que j’adore son travail, sa musique aussi. Il m’a répondu simplement. Et de fil en aiguille, nous avons commencé à faire de la musique ensemble. J’ai envoyé à Manu un petit piano-voix, on l’a arrangé et c’est comme cela qu’a démarré l’aventure ensemble.

Manudigital : Tout s’est fait de manière très simple, très intuitive. C’était une rencontre virtuelle puis on a avancé ensemble. 

Comment est né le projet #LoveBordel ?

Bazbaz : Ça s’est fait de chanson en chanson. On s’amusait comme des enfants et on ne pensait pas faire un disque. On faisait des chansons pour le plaisir de faire de la musique. On est fan de reggae, d’électro, de chanson française et on voulait mélanger nos univers. La musique c’est avant tout, une liberté et c’est cette liberté qu’on a prise. C’est ce qui a abouti à ce disque #LoveBordel et puis on est tombé sur le label X-Ray Production qui a été d’accord pour produire notre projet jusqu’au bout. 

Est-ce que les neuf titres de l’EP sont inspirés de l’actualité ?

Bazbaz : Pas forcément dans l’écriture, mais plus dans le son que Manu a défini petit à petit et avec un style qui lui est propre. Nous nous sommes aperçus qu’on était quand même dans une période lente, que tous nos rythmes de vies s’étaient méchamment ralentis. On se retrouvait tous enfermés à la maison. Et le titre #LoveBordel reflète ce que je vivais à ce moment-là. C’est aussi un constat général des histoires d’amour. Ça va de Roméo & Juliette à Cléopâtre et Jules César. Aussi, comme à l’époque, je vivais des histoires de merde, je mettais souvent des hashtags Love Bordel sur Instagram. 

C’est un EP où le reggae est prédominant, quelles sont vos influences en matière de reggae ? 

Manudigital : C’est surtout le reggae digital des années 1980 et des années 1970. Ça se sent justement dans l’EP avec Camille où il y a beaucoup d’influences jamaïcaines, mais aussi anglaises. Mais c’est vrai que la Jamaïque fait partie de nos grosses influences artistiques. Après, beaucoup de gens qui ne sont pas forcément fans de reggae peuvent écouter notre projet sans penser que c’est forcément du reggae. C’est quand même un projet très ouvert. 

Bazbaz : On voulait aussi mélanger la chanson française et l’univers strictement reggae de Manu. Moi-même, je suis fan inconditionnel de reggae depuis toujours mais je n’avais pas déclaré aussi ouvertement que sur ce disque, mon amour pour cette musique. 

D’une certaine manière, vous avez mis le reggae au goût du jour

Manudigital : C’est vrai qu’on retrouve une version reggae assez moderne dans l’EP. On est loin de la musique de Bob Marley même si on aime beaucoup cette musique. Le reggae ne se résume pas qu’à Bob Marley. Surtout en 2022 ! Moi et Camille faisons partie des musiciens qui mettent le reggae au goût du jour. Et du coup, notre EP #LoveBordel est un reggae 2.0. 

Votre projet est sorti juste avant la Saint-Valentin, comment a-t-il été accueilli ? 

Bazbaz : Avec vachement d’enthousiasme ! Les gens nous laissent plein de petits mots sur YouTube, Instagram… Franchement, notre association a porté ses fruits. 

Est-ce que vous prévoyez des concerts pour cette année ? 

Manudigital : Oui, on prépare une tournée. Nous serons notamment à la Boule Noire de Paris le 14 juin. Mais avant ça, on sera le 18 mars au Festival Les enchanteurs à Méricourt et, le 26 mars, à L’Accordeur de Saint-Denis De Pile dans la Gironde. Nous serons aussi à La Batterie de Guyancourt le 13 mai. 

Bazbaz : En fait, les dates de concert se débloquent en même temps qu’évolue la situation sanitaire. Dès qu’on avait fini l’EP, très vite, on a voulu jouer sur scène. Et on espère continuer à faire plein d’autres dates ! 

Photos : © Nicolas Baghir.

Bazbaz & Manudigital, #LoveBordel, X-Ray Production (9 titres) – 1. Dernière danse, 2. C’est quoi ton problème, 3. Humanoïdes, 4. Tes lèvres, 5. Babyblue, 6. En laisse, 7. C’est pas la joie, 8. Last Dub to Love Hill, 9. Lipstick Dub. 

Agenda culturel de la semaine du 28 février
L’Hirondelle : un enchantement au Théâtre Hébertot
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture