Chanson
[Live-report] Magnifique performance de Zaza Fournier à l’Européen

[Live-report] Magnifique performance de Zaza Fournier à l’Européen

06 mai 2015 | PAR Yaël Hirsch

Alors que son nouvel album Le Départ vient de sortir chez Verycords, celle qui se décrit avec une coquetterie humoristique comme « Chanteûse » était hier soir sur la scène d’un Européen plein à craquer. Dans la salle : quatre générations qui sont restées scotchées aussi bien par son show que par son chant que par son jeu de parigote aussi fatale que moderne. Accompagnée au piano, au ska et au cliquetis de ciseaux par l’incroyable Majiker, elle a donné un immense show très drôle et très pro. Un bonheur immense.
[rating=5]

C’est sur les 12 excellents titres de son nouvel album que Zaza Fournier s’est concentrée pour sa soirée à l’Européen. Mais loin de passer d’une chanson à l’autre, elle les a cousues de roses et de fil d’or par une trame narrative irrésistible où elle tutoyait le public, le flattait outrageusement d’une voix traînante (« Comme vous êtes beaux ! ») et le faisait travailler aussi un peu. Plantée en noire vénéneuse dans un décor de fleur collées à ses épaules American Apparel et sur le piano de MaJiker, fidèle au poste, sous une lumière très tamisée (gérée par le mystérieux et génial « fantôme ») et une lampe qui oscillait au grès de l’humeur très « dancing ».

Rétro donc, pour commencer, accordéon et piano avec la jolie ballade sur la jeune-fille de « 16 ans 1/2 ». Et une Zaza lascive, tournoyant autour de son instrument fétiche pour entonner en couplet le « Mademoiselle » sur l’homme maquillé de son premier album et le tube du dernier opus « Garçon » sur les tomboys à l’ancienne. S’attardant pour parler seule à seule avec le public, elle intensifie les yeux de biche et la séduction, jusqu’au moment exact où l’on va se lasse et où elle fait venir Cléa Vincent pour une cure de Jouvence dans le très émouvant et nostalgique sur une maman qui voit ses enfants partir où sa voix quitte le réalisme rétro pour passer au perché eighties.

Une lumière rose tagada enveloppe une « Vodka Fraise » solo (tube du précédent album) et la suite est carrément expérimentale, avec une balade langoureuse « Paupières closes » revue seule au yukulélé, la dépression au beatbox et au ska (« Nuits blanches ») et la rupture amoureuse de la « Jeune fille aux fleurs » bruitée et coupée en direct-live au ciseaux. On assiste aussi à la balade des « objets perdus » soutenus par le chœur du public et, en final, deux vraies petites performances où le jeu sur le son flirte avec l’atmosphère d’une Émilie Simon pour un « Départ » drolatique et une pièce aquatique où les jeux de lumières frisaient la performance.

Au moment du salut, la salle de l’Européen s’est levée comme un seul homme. Zaza, qui du coup n’a plus eu envie de partir, s’est mise en fond de salle avec un omnichord et l’envie de chanter une « chanson de filles », magnifique. Et puis, sur scène, avec son fidèle complice, deux tubes du premier album : reprise d’accordéon et beaucoup d’âme pour le magnifique « Mon homme » avant de finir par une danse endiablée sur son premier tube de toujours « La vie à deux » (eh ouais, c’est pas si simple, alors on se lève pour danser). Devant les rugissements de bravo, Zaza a frôlé l’extrême limite des 22h30 pour faire un dernier petit morceau solo. Et nous, on est sorti de la chanson et des mots de femme plein la tête, sa magnifique voix dans le cœur, avec l’impression d’avoir assisté pas seulement à un concert, mais à un spectacle total. Bravissima Zaza!

Zaza Fournier, Le Départ, disponible depuis le 16/02/2015 chez Verycords. Page facebook officielle de la chanteuse.

visuel : YH

[Critique] »Zaneta », beau film sur la situation des Roms en République tchèque
[Interview] israël Horovitz passe derrière la caméra avec « My old Lady »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture