Musique

Benjamin Paulin est de retour avec l’album 2

Benjamin Paulin est de retour avec l’album 2

12 mars 2012 | PAR Yaël Hirsch

Le crooner montant encensé par Télérama à la sortie de son premier album (L’homme moderne, AZ, 2010) est de retour avec 10 titres qu’il a écrits et composés. Intitulé sobrement « 2 », ce deuxième opus sort le 4 juin prochain.

Il était rappeur sous le nom « Le vrai ben » et puis en 2010, Benjamin a trouvé sa voix dans un style de crooner aux influences métissées aux textes forts. Dans « 2 », il poursuit dans cette veine, qu’il rend encore plus sobre : finis les revolvers à la OSS 117 et les flingues, puisque même Dujardin est passé aux claquettes.

Dans ses 10 nouveaux titres, l’auteur-compositeur et chanteur mêle toujours le rock, le blues et le yéyé. Ainsi, aux résonances très Dutronc « Paris m’appelle » donne envie de dodeliner de la tête et de bouger le bassin. De même, contrairement à ce que son titre indique, « Variations de noirs » a un effet pop assumé.  Tandis que « Attendons les secours » entérine la fin d’un couple et en appelle à un mouvement lent du briquet. Suave et sexy, le poétique « Entourer notre amour à la craie » à le rythme quasi-flamenco du macho trompé appelant à la vengeance et se patine aux sonorités cuivrées du détective qui a clôturé son enquête.

A chaque instant,  voix grave et profonde du chanteur résonne avec élégance sur des morceaux variés. Ces derniers sont souvent saupoudrés de synthé authentique comme le très eighties « Je vais m’envoler », le déjà cité « variations de noir » et  et le kitschissime « Les fleurs en plastiques sont éternelles ». Dans la catégorie synthé nostalgique, « Tout m’est égal » est absolument irrésistible avec ses chœurs aboyés qui semblent sortir de Grease. Benjamin Paulin pose des questions existentielles sur la valeur des sentiments au 21e siècle (« Produits dérivés »)  ou le temps qui passe (« Reste de nous »). Mais il sait aussi se réjouir comme dans le lumineux « Echantillon de Paradis », seul morceau parlé de l’album.

Entouré de grosses pointures pour ce deuxième disque, (présence du DJ Fink et du bassiste mythique Herbie Flowers parmi les musiciens, masterisation du son à Londres par Mike Marsh qui a travaillé aussi bien pour Depeche mode que pour Massive attack), Benjamin Paulin suit la ligne droite qu’il avait dessinée dans « L’homme moderne ». Il sait écrire un texte, varier les styles musicaux et créer par sa voix une harmonisation des diverses influences qui métissent  son art de la chanson. L’omniprésence des claviers et des synthés et les mix dynamiques de Frédéric Lo (qui a travaillé avec Daniel Darc, Stéphane Eicher et Alex Beaupain) donnent une énergie folle au disque.

Benjamin Paulin, 2, Universal. Sortie le 19 mars 2012.

 » T’as des faux cils / T’as des faux seins / T’as des faux ongles / Malgré ça, il faudrait que je te croies / Tu dis que tes sentiments sont vrais/ Tu dis qu’ils sont vrais, vrais, vrais/ Tu es belle/ Tu es si belle / Les fleurs en plastique sont éternelles. »

Premier extrait de l’album : « Variations de noir », voir la vidéo où Rossy de Palma écoute le titre de Benjamin Paulin

 

Les rendez-vous de mars à la Dorothy’s Gallery : photographies, littérature et musique
Nijinski par Clovis Fouin
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

3 thoughts on “Benjamin Paulin est de retour avec l’album 2”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *