Musique

Ange à l’Olympia, le 31 janvier

20 janvier 2010 | PAR Mikaël Faujour

Groupe phare du rock progressif français et auteur de quelques classiques dans les années 70, Ange fêtera l’anniversaire de son premier concert, 40 ans jour pour jour après celui-ci et quelques jours après la sortie de son nouvel album.

Connu aujourd’hui surtout par un public d’initiés, Ange était dans les années 70, au côtés de Zoo notamment, un des meilleurs groupes de rock français, ayant signé quelques classiques tels que Le Cimetière des Arlequins (1973, album où l’on retrouve l’étonnante reprise de « Ces gens-là » de Jacques Brel) et Émile Jacotey (1975).

Tenant d’un rock progressif théâtral et fantasque, dominé par la figure de leader Christian Décamps, Ange s’inscrit donc dans le cousinage musical des Britanniques de Genesis ou Jethro Tull. Faisant la part belle aux variations rythmiques, aux longs développements de thèmes musicaux successifs (caractéristiques du prog rock, au fond), aux claviers délirants et atmosphères fantastiques soutenant les contes étranges du déclamatoire Christian Décamps, Ange mérite amplement d’être redécouvert par le jeune public.

Ange a vendu quelque 6 millions d’albums lors de ses quatre décennies d’activité. Il fêtera à l’Olympia les 40 ans de son premier concert dans le cadre de la tournée « La 40e Rugissante ». La tournée sanctionnera aussi la sortie du quarantième (!) album, Le Bois travaille même le dimanche, qui paraîtra le 25 janvier chez Artdisto/L’Autre Distribution.

Vampire Weekend joue « Horchata » sur Q TV
La lettre d’amour à la Pinacothèque de Paris
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *