Actu

Les plus beaux livres de cuisine 2018

Les plus beaux livres de cuisine 2018

29 décembre 2018 | PAR Sabina Rotbart

Beaux , bons et surtout…réalisables par tous et toutes! Des livres à dévorer des yeux avant de se mettre à table…

 

 

° Céréales et légumineuses, de Régis Marcon, Editions de la Martinière. 45 euros.

Non seulement Régis Marcon est une bonne personne, mais sa cuisine s’avère aussi goûteuse que généreuse. Cela transparaît à la lecture de cet ouvrage très accessible pour un(e) amateur un tout petit peu éclairé.

Comment faire des plats délicieux avec des lentilles, de l’épeautre, de la zizanie (oui !Cela existe, c’est un riz sauvage…), des haricots princesse, des fèves ou autres faglioli ? C’est ce que raconte ce livre dans tous les détails depuis la cuisson (au bicarbonate ou à l’algue kombu pour qu’elles soient digestes), jusqu’à la présentation finale. Laquelle est très graphique mais reste accessible au vulgum pecus.

Les photos de Philippe Barret et Nathalie Nannini sont sublimes et l’image du poulpe aux haricots rend cet animal presque domestique…

Donc, nous n’allons pas résister très longtemps à réaliser les rillettes de flageolets aux champignons lovées dans des chips, à moins que vous ne préfériez le ragout de lentilles vertes à l’œuf de poulette poché.

Un plat paradoxalement économique malgré son apparence luxueuse, car la barrette de truffe minimaliste qui le surmonte ne suffit pas à le rendre ruineux.

Bref, ce livre est une urgence absolue pour gourmands, esthètes et fauchés. Car les céréales et les légumineuses s’avèrent rarement dispendieuses.

 

°Une table à Venise, de Skye McAlpine, chez Ulmer, 29,90 euros.

Avouons-le, nous étions sceptiques ! Un livre de cuisine vénitienne rédigé par une blogueuse américaine, nous craignions le coup de pub !

Et bien non. Car Skie a vécu à Venise depuis l’âge de 6 ans, les recettes sont issues d’une pratique familiale et d’un vieux bouquin trouvé chez un bouquiniste.

Autre point fort, il s’agit non de cuisine italienne mais de plats typiquement vénitiens. Donc régionale (entre nous, en Italie, seules existent les cuisines régionales !).

Parmi les 100 recettes présentées, certaines nous ont semblé irrésistibles comme les raviolis à la courge et aux amaretti (ces petits biscuits aux amandes amères), le risotto au fenouil ; la tourte aux artichauts, les radiccio à la grenade, la dorade aux figues et aux amandes… n’en jetons plus !

°Japon, le livre de cuisine. De Nancy Singleton Hachisu, chez Phaidon, 45 euros.      

C’est une immersion dans la cuisine de la campagne japonaise. Délicieusement lente et poétique. Lente parce qu’il faudra évidemment rassembler les ingrédients ou leur trouver un équivalent.

Mais surtout pour s’imprégner de l’esprit des plats, comprendre les pratiques culturelles, découvrir comment la viande n’était pas tellement bien vue par le shintoïsme originel ou encore l’histoire de l’apparition du soja…

Mais c’est surtout un ouvrage qui démystifie totalement la cuisine japonaise, la rendant accessible. Donc nous allons nous lancer et cuisiner les fanes de carotte bio au dashi, les fèves sautées au mirin, les épinards aux noix et, à la belle saison, cuisiner les crosses de fougères ou les feuilles de chrysanthèmes au sésame!

°Petits gourmets en cuisine, de Laura Annaert, Odile Bailloeul et Claire Curt, chez Ulmer, 14,95 euros.

Ces temps-ci, les éditeurs de livres de cuisine multiplient leurs efforts en direction des tout-petits. Ce courant n’est pas récent, mais il est clair qu’il s’agit maintenant d’un véritable filon. Avec des réussites. Comme cet ouvrage réalisé de concert par une cuisinière, une styliste et une photographe très inspirées.

 

Ce livre, à la différence d’un ouvrage comme Ma cuisine pour les tout-petits, d’Eric Fréchon paru chez Solar, est accessible aux marmots à partir de six ans. Car il se déguste d’abord comme un livre de contes, tant les petites souris marmitons qui en sont les héroïnes sont craquantes et mises en scène de façon incroyablement créative.

 

Bref, nous nous lancerons derechef avec notre marmaille dans la réalisation du velouté de courge aux épices douces, carrément suave. A moins qu’ils ne craquent pour les œufs de caille mayo sur nid carotte-courgette.

Miaaam !

°Bouillons, le livre du Bouillon Pigalle. Marabout. 19,90 euros.

C’est le livre de recettes du Bouillon Pigalle. Qui rappelle les plats bon marché et savoureux qui ont fait, au XIXème siècle, le succès de ces établissements populaires doués pour préparer les bas-morceaux dans des plats aussi savoureux qu’accessibles. Puisque les bouillons nourrissaient ouvriers et petits employés peu fortunés.

Un livre à s’offrir pour nourrir les grandes tablées d’amis quand votre situation financière n’est pas des plus florissante.

 

Sabina Rotbart

 

 

 

 

 

« Douleur » de Zeruya Shalev : Retour du premier amour
Un séduisant Comte Ory à Liège
Sabina Rotbart
journaliste en tourisme culturel, gastronomie et oenotourisme. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *