Non classé

Fatoumata Diawara : « Avec Matthieu Chedid, on s’aime en tant que frère et sœur »

Fatoumata Diawara : « Avec Matthieu Chedid, on s’aime en tant que frère et sœur »

08 novembre 2018 | PAR Sarah Dray

A l’occasion de la sortie de son album Fenfo et de sa tournée européenne, nous avons pu nous entretenir avec Fatoumata Diawara, chanteuse malienne révélée en France par Lamomali de Matthieu Chedid. Elle nous a parlé de ses projets, de l’importance de la musique pour elle, et de ses prochains concerts le 11 décembre au Trianon et le 10 mai à L’Olympia.

Sur votre album, vous avez de nouveau collaboré avec Matthieu Chedid, comment ça s’est passé avec lui ?

Ça s’est très très bien passé avec Matthieu, on avait déjà travaillé sur Lamomali et il y avait eu une très bonne connexion. J’étais une des seules filles du projet sur la partie « voix », et nos voix se sont avérés compatibles, mais au-delà de tout cela, il y a une énergie, une connexion, on s’aime vraiment. On s’aime en tant que frère et sœur donc on avait envie de continuer en dehors de tout cela. C’est un grand musicien et forcément il sait des choses que je ne sais pas et je  sais des choses qu’il ne sait pas, donc on a voulu se faire ce croisement-là, voir ce qu’on pouvait faire comme musique ensemble.

Que retenez-vous de l’aventure Lamomali ?

Je retiens la fraternité, je retiens la diversité culturelle, je retiens le partage, je retiens la générosité, l’amour, la simplicité.

Est-ce que vous vous attendiez à un aussi bon accueil du public français ?

Chaque projet représente toujours un risque. On a pris un risque avec quelque chose et on ne savait pas si ça allait plaire ou pas. Mais Matthieu a une bonne intuition, il sait ce qui peut plaire au public, il savait que ça allait plaire, il savait qu’il apportait de l’amour. Mathieu a confiance en l’amour, il n’a pas peu de l’amour et ça c’est beau. Il sait que quand c’est pur le public va forcément adhérer.

Quelle est la différence entre votre premier et votre deuxième album, celui qui est sorti récemment ?

Dans le premier album c’était plutôt pour me présenter en tant que chanteuse. J’avais fait des films et du théâtre mais c’était mon premier projet en tant que voix. je voulais me présenter en disant : « je suis là, je n’ai pas une technique de chant incroyable, mais j’ai beaucoup de choses à dire, beaucoup d’histoires à partager avec vous ». Et là le second c’est pour  dire au public : « voilà j’ai beaucoup travaillé et regardez ce que je suis devenue  en tant que femme ».

A travers vous le public français découvre la culture malienne. Vous sentez-vous un porte-parole de cette culture ?

Oui je me sens une porte-parole de cette culture mais aussi des enfants, de toutes les filles qui n’ont pas pu trouver leur liberté sur scène, la voix de la femme, de la jeunesse qui rêve d’être sur scène, libre.

Comment appréhendez-vous vos concerts au Trianon et à l’Olympia ?

Avec beaucoup de tranquillité. C’est la vérité, c’est bien, le public sera face à une vérité. Je vais essayer de prendre soin d’eux, dans la justesse. Je suis plutôt excitée, j’aime bien les challenges. Je suis comme un enfant, j’ai ça en commun avec Matthieu, on est positifs, on aime bien combattre, on aime être sur scène.

Est-ce que sur un prochain album vous aimeriez chanter en français ?

Oui pourquoi pas, Matthieu me l’a déjà proposé, on a fait un titre en français, donc je pense que sur le prochain album, on aura un titre en français.

Est ce qu’il y a une chanson de votre album qui vous tient à cœur particulièrement ?

Non j’aime toutes les chansons, elles ont toutes une histoire différente.

Est-ce que vous pensez à la suite, après la scène, avez-vous d’autres projets en tête ?

Je vais préparer mon prochain album. Là j’ai un film qui sort en janvier avec Omar Sy, on a composé la musique avec Matthieu Chedid, donc on prépare tout ça. J’ai plein d ‘idées, de projets en tête pour la suite, plutôt dans la musique.

visuels : Aida Muluneh

Crazy Rich Asians : l’heure de la représentation a sonné
La triste disparition du compositeur Francis Lai
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *