Non classé

Dehors peste le chiffre noir fait hurler la crise

04 février 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La journaliste de formation Kathrin Röggla présente au Théâtre du Rond Point jusqu’au 21 février  » Dehors peste le chiffre noir » . Elle  s’inspire d’une série d’enquêtes qu’elle a menées pour saisir et représenter la réalité économique et sociale moderne du surendettement à travers un ensemble de soixante-dix saynètes empreintes d’humour et d’empathie, qui dévoilent l’infinie variété des comportements humains face à l’argent.

(c) Dehors peste le chiffre noir
© Brigitte Enguerand

Le décor est superbe, murs aux allures d’un casino de Las Vegas, à gauche, Bruno Sollier au piano, à droite Ivann Cruz à la guitare électrique et Léa Claessens au violon. Vous l’aurez compris, dans cette pièce la musique est utilisée comme un langage pour décrire les situations kafkaïennes qui résultent du surendettement.

Le cercle vicieux découvert-prêt-découvert est porté par quatre comédiens. On les découvre dans un début prometteur floutés derrière des porte en plexi, ils sont quatre, ils sont des milliers. Ils déboulent ensuite en trombe sur le plateau pour jouer 70 rôles allant du chômeur à la mère de famille bienveillante-énervante qui dit à sa fille  » tu ne supportes pas l’argent ». Les répliques sont toutes d’anthologie :  » le distributeur automatique ne réagit pas à sa présence », « quand on a des dettes, on ne mange pas de pizzas »,  » mais je vois…vous ne comptez pas! ». Il est impossible de ne pas se faire attraper à de nombreux  moments du spectacle en se disant  » ha oui, c’est tellement ça! ».

 La pièce trouve tout son écho en pleine crise, mais  le jeu ultra frénétique associé à  la musique omniprésente peut lasser. Parfois, les comédiens arrêtent de parler laissant entendre des musiciens extrêmement bons sur des compositions originales de pure beauté. Inversement, la musique laisse place au jeu permettant à ces acteurs brillants d’arrêter de hurler, nous autorisant à écouter un texte à la fois beau et grave.

 Dehors peste le chiffre de noir de Kathrin Röggla , musique Bruno Soulier , Mise en scène Eva Vallejo. Théâtre du Rond Point, 21 2bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris. Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 21H00 | Dimanche à 15H30, Tarifs : 25-32 € tarif plein ou 16,5-25 € tarif adhérent réservation : 01 44 95 98. Jusqu’au 21 février 2010.

Le comédien Georges Wilson est mort
Conflit armé de culture : Eutelsat coupe une télévision d’information libre au Caucase
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *