Théâtre
Jean Michel Ribes revient au Rond Point

Jean Michel Ribes revient au Rond Point

09 septembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Le directeur du Théâtre du Rond Point « revient » dans son théâtre avec un texte écrit pour  célébrer le retour après le confinement . J’habite ici renoue avec l’humour de Jean Michel Ribes.

Amoureux à trottinette, bourgeois très bourgeois, fonctionnaires priapiques, proustiens désabusés, SDF joyeux, vegans et policiers poètes tourbillonnent dans un immeuble que ré-enchante la concierge, ange gardienne de tous ces démons. Auteur, réalisateur, metteur en scène et directeur du Rond-Point depuis 2002, Jean-Michel Ribes érotise l’ensemble d’un ministère, réinvente avec tendresse un quartier-monde que nous habitons tous. Il construit une fresque fantasque aux humanités éclatées et compose une symphonie urbaine, une mosaïque de l’époque dont l’humour, explique-t-il, reste la seule issue de secours.

L’humour si particulier de Ribes est là en effet, un humour qu’il puise dans une observation fine mais sans aucune psychologisation de ses contemporains ; il propose par cette nouvelle pièce à son  public habitué de  fêter dans le rire  la réouverture des théâtres et d’inaugurer dans la joie la nouvelle saison.

Les acteurs habituels de l’auteur sont là : Olivier Broche, Manon Chircen, Romain Cottard, Charly Fournier, Annie Grégorio, Jean Joudé, Alice De Lencquesaing, Philippe Magnan, Marie-Christine Orry et Stéphane Soo Mongo. Ils évoluent en bande venus donner le coup de main de cette pièce célébration et conjuration.

Le spectacle se veut décousu, par saynète ; il est une fine photographie de notre  époque,  une photo pointilliste. Est il une messe vaudou priant pour une résurrection de l’esprit Ribes ou une douce évocation assagie de ce que fut la force de l’humour du créateur de Palace ? Elle se voulait dynamite, elle s’est fait pétard mouillé ; la pièce laissera  sur leur faim les affidés de l’auteur. Il n’empêche, les sourires s’inscrivent sous les masques d’une foule contente de sa soirée. Qu’on se le dise : Le Rond Point est ouvert et vivant

Visuel © Affiche 

Les objets d’exil de Mohamed El Khatib et Yohanne Lamoulère au Maif Social Club
« Qui a peur des vieilles ? », essai sur le temps qui passe et assassine par Marie Charrel
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture