Livres
Reflets dans un oeil d’homme: le regard implacable de Nancy Huston sur la condition féminine

Reflets dans un oeil d’homme: le regard implacable de Nancy Huston sur la condition féminine

30 septembre 2013 | PAR Alice Dubois

[rating=5]

Publié en 2012 aux éditions Actes Sud, Reflets dans un œil d’homme de Nancy Huston vient d’être réédité en poche, dans la collection Babel. Un essai dédié à Nelly Arcan et qui fait polémique… Une aubaine donc, pour toutes celles (et ceux) qui n’ont pas encore découvert ce texte contesté et subversif sur l’image de la femme dans nos sociétés occidentales.

 

NancyHuston

Partant du constat simple de la contradiction profonde qui s’opère dans nos sociétés entre le rejet permanent de la différence des sexes et son exacerbation à travers les médias et la pornographie, Nancy Huston s’interroge sur la vision de la féminité en Occident.

Et l’auteure ne fait pas dans la dentelle. Balayant d’un revers de la main la théorie du genre qui, rappelons-le, place les mécanismes d’ordre social et culturel au premier plan de la construction de l’identité sexuelle, elle s’attache à démontrer que c’est tout simplement la nature et nos gènes d’Homo sapiens qui régissent nos rapports hommes-femmes. Car oui, notre signature génétique n’a pas follement évolué depuis ces temps ancestraux…Et si les hommes chassent pour répandre leur semence, les femmes se font belles pour avoir le plus de chances de trouver un partenaire. Choquant?

« Tous les garçons apprennent dès leur plus jeune âge à contrôler, à canaliser, à dévoyer et à sublimer leur envie des filles. Et toutes les filles apprennent qu’il leur faut tenir compte du regard masculin, que ce soit pour l’attirer ou pour l’éviter. C’est une donnée pour elles fascinante, excitante, à la fois désirable et dangereuse susceptible de conduire au grand amour comme au viol, au bonheur comme au malheur. » 

Glissant peu à peu de l’emprise du regard de l’homme vers une autre emprise, plus sournoise, nos congénères seraient devenues, selon l’auteur, leurs propres bourreaux. Pornographie, cinéma et industrie de la beauté en seraient les meilleurs exemples: leur obsession de l’apparence n’est plus uniquement liée au regard de l’homme mais de plus en plus à celui qu’elles portent sur elles-mêmes.

Un mécanisme implacable et très paradoxal qui apprend aux fillettes « à être jolies sans être aguicheuses, séduisantes mais non séductrices, désirables mais non désirantes » et qui poussent les femmes d’aujourd’hui à revendiquer leur liberté tout en s’asservissant. Un résultat que « jamais les hommes dominants n’auraient pu obtenir. »

 

Son analyse du dédoublement féminin est très pertinente et essentielle, tant elle démontre la complexe construction de l’identité dans le regard de l’autre. Mélange de ressentis personnels et d’analyses très documentées sur la condition féminine contemporaine, l’essai évoque la femme de l’enfance à l’âge adulte, des prostituées aux féministes, des artistes et aux muses, à travers les âges et faisant écho à de nombreux témoignages. Un livre brillant qui a déjà fait couler beaucoup d’encre…A lire absolument.

 

Reflets dans un oeil d’homme de Nancy Huston

Editions Actes Sud – Collection Babel

Parution: septembre 2013

352p. Prix: 8,70€

« Il est frappant que, chaque fois qu’un auteur tente de faire valoir de possibles différences réellement existantes entre les sexes, il ou elle est traité avec mépris de « différentialiste » et accusé de défendre l’idée surannée et oppressive de l' »Eternel féminin ». Il semble ne jamais venir à l’esprit des fiers « universitaires » qu’il pourrait y avoir un « Eternel masculin »; or c’est plutôt lui, l’objet de ma réflexion ici. De toute évidence, s’il passe si facilement inaperçu, c’est qu’il se donne justement pour universel depuis des millénaires. » (p.77)

Gagnez 2 places pour le festival Le French Pop le 18.10
Deux films documentaires sur le Chili
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *