Polars
« Le vertige de la chute » et « Les griffes du passé » de Walter Mosley, dans les pas de Chester Himes.

« Le vertige de la chute » et « Les griffes du passé » de Walter Mosley, dans les pas de Chester Himes.

31 janvier 2015 | PAR Le Barbu

« Le vertige de la chute » et « Les griffes du passé » de Walter Mosley nous plongent dans deux enquêtes de Leonid McGill, un privé noir, fils de communiste et ex-boxeur, dans les rues d’une New York plus babylonienne que jamais. Walter Mosley (né le 12 janvier 1952 à Los Angeles) est un écrivain connu pour ses romans policiers. Il a écrit une vingtaine d’ouvrages d’une grande variété de genres, incluant des essais, de la science-fiction ou des polars traduits en 21 langues. Sa célébrité aux USA s’est accrue à partir de 1992 quand Bill Clinton, amateur de romans policiers, a désigné Mosley comme étant un de ses auteurs favoris.

9782330026974

[rating=3]

Leonid McGill a été engagé pour retrouver quatre hommes dont il ne connaît que les noms qu’ils se donnaient, adolescents, dans la rue. Son client refuse de dire pour quelles raisons il les recherche, mais après tout, ce n’est pas le problème de McGill, qui les trouve et donne leurs adresses. Quand ils sont assassinés l’un après l’autre, McGill comprend, en même temps que les sinistres desseins de son employeur, qu’il pourrait bien être le prochain sur la liste. Tandis qu’il tente de sauver sa peau, tout en se débattant pour maintenir son couple à flot et empêcher son fils de sombrer dans la délinquance, des anciens « amis » de la mafia l’obligent à exécuter un contrat…  Avec Le Vertige de la chute, Walter Mosley s’inscrit dans la lignée des précurseurs du roman noir, Dashiell Hammett ou Raymond Chandler. Digne héritier de Chester Himes, il évoque aussi la place des Noirs dans la société américaine actuelle. Un roman qui respecte les codes du genre et aime nous plonger dans les ténèbres pour mieux nous tirer vers la lumière.

les-griffes-du-passe--564667

[rating=3]

Dans la même veine que dans Le Vertige de la chute, Leonid McGill poursuit ses efforts pour se racheter une conduite. Sans illusions, en toute lucidité, et avec ténacité. Dans ce roman il enquête pour retrouver une mystérieuse Angelique à la demande du très puissant et très dangereux Alphonse Rinaldo. et tente de résoudre une affaire de double meurtre sanglant. Avec Les Griffes du Passé, on lit la deuxième enquête du détective privé noir, ex-boxeur, et désabusé dans les bas-fonds d’une ville de New York à la fois magnifique et nauséabonde. Une nouvelle fois on reste dans le grand classique du genre, pas de grandes surprises, entre embrouilles et pénitence, pour un style épuré et dépouillé qui fonctionne.

« Le vertige de la chute » et « Les griffes du passé » de Walter Mosley. Babel Noir, éditions Actes Sud.

[Interview] « Il ne faut pas montrer trop de choses » : Rineke Dijkstra hypnotise dans un pas-de-deux vidéo
L’élégance d' »Anna Christie » à l’Atelier
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture