Polars

“La Vérité sur “Dix petits nègres”” de Pierre Bayard : Aveuglement collectif

“La Vérité sur “Dix petits nègres”” de Pierre Bayard : Aveuglement collectif

27 janvier 2019 | PAR Julien Coquet

Après avoir proposé une solution alternative au Meurtre de Roger Ackroyd, Pierre Bayard revient sur une autre célèbre enquête d’Agatha Christie : Dix petits nègres.

Attention spoiler : le meurtrier désigné par Agatha Christie sera ici évoqué, mais pas celui découvert par Pierre Bayard…

Tout fan de polar s’est extasié et a été surpris à la lecture de Dix petits nègres, peut-être le chef-d’œuvre d’Agatha Christie dans une œuvre qui n’est pourtant pas avare de réussites. Dix personnes se retrouvent isolées sur une île impossible à quitter et, petit à petit, les meurtres se multiplient. Où se cache le meurtrier ? La géographie de l’île ne permet aucune cachette et la seule solution possible est de démasquer le meurtrier parmi les survivants dont le nombre se réduit drastiquement. Dans l’épilogue du roman de la reine du crime, le juge Wargrave, l’un des dix invités, révèle le procédé habile et efficace qu’il a mis en œuvre afin d’assassiner 9 personnes et avant de se suicider. Mais…vraiment… la solution proposée vous a-t-elle vraiment satisfait ?

Pierre Bayard, déjà connu pour ses faits d’armes dans l’œuvre d’Agatha Christie avec Qui a tué Roger Ackroyd ?, est plus que perplexe face à la solution proposée par l’auteur. Après avoir présenté les personnages et résumé les faits, le psychanalyste et professeur de littérature française relève les incohérences du roman : la technique du suicide de Wargrave est bien compliquée, le mobile du juge est plus qu’étrange, la tempête qui se lève comme par hasard lors de la réunion des invités, etc. La solution « est entachée d’invraisemblances si graves qu’il est difficile de comprendre comment elle a pu passer pendant si longtemps pour une version plausible de ce qui s’est produit sur l’île, ce qui en dit long quant à la capacité de l’être humain à s’illusionner ».

On retrouve la force des essais de Pierre Bayard dans La Vérite sur « Dix petits nègres ». Alors que certains essais littéraires peuvent paraître abscons, Pierre Bayard prend ici la main du lecteur et, comme dans une très bonne dissertation, déroule son argumentation grâce à un plan habile (quoiqu’un peu long parfois, notamment sur les illusions d’optique). A l’aide de passages du livre, de solutions proposées par d’autres romans (« de même que les critiques littéraires parlent d’intertextualité pour montrer l’influence sur une œuvre des textes antérieurs, il faudrait parler d’intercriminalité pour étudier comment chaque crime – dont les miens – s’inscrit dans toute une tradition culturelle, qu’il prolonge et enrichit à la fois »), de réflexions sur l’aveuglement commun dont sont victimes nos esprits, Pierre Bayard propose une nouvelle solution cohérente à l’un des ouvrages les plus populaires de la littérature policière. Une critique de la mécanique d’Agatha Christie ou justement un hommage à un auteur qui n’en paraît que plus brillant ? A vous de voir…

« L’aveuglement, dans Dix petits nègres, joue à un double niveau. Le lecteur aura pu prendre connaissance du premier, portant sur le caractère aléatoire de la tempête, dans les chapitres qui précèdent. Il est étonnant que tant de personnes avisées aient pu accepter sans sourciller une solution aussi invraisemblable sans voir qu’elle ne tenait pas la route et sans tenter de résoudre, à nouveaux frais, le problème qui leur était posé.
Le second aveuglement est l’autre face du premier. Il porte cette fois sur la solution, laquelle n’est nullement dissimulée, comme on pourrait le penser, mais bien au contraire placée en évidence. Ce second aveuglement ne concerne pas seulement les lecteurs, il implique aussi bien les locataires de l’île – à l’exception de moi-même si l’on suppose que j’en fais partie – que la police, laquelle disposait de tous les éléments pour trouver la vérité. »

La Vérité sur « Dix petits nègres », Pierre Bayard, Éditions de Minuit, 176 pages, 16 euros

Michel Legrand, le génial compositeur et pianiste, est mort
Les Dandy Warhols fêtent leur 25 ans à l’Olympia : Happy Birthday !
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *