Polars

« Entre deux mondes » d’Olivier Norek : Dans la jungle de Calais

« Entre deux mondes » d’Olivier Norek : Dans la jungle de Calais

07 novembre 2017 | PAR Julien Coquet

Le lieutenant de police Olivier Norek, dans son quatrième livre, s’éloigne des codes du polar pour mieux dépeindre la jungle de Calais.

[rating=4]

Si l’on s’en tient à certaines règles du roman policier, par exemple celles édictées par S. S. Vandine, tout bon polar (mais est-ce déjà un synonyme de « roman policier » ?) est un véritable jeu intellectuel proposé par l’auteur au lecteur. Un problème se pose (un vol, un meurtre, etc.) et le lecteur, ayant autant d’éléments à sa disposition que le personnage du détective, doit être en mesure de trouver le coupable.

Bien heureusement, les écrivains se sont éloignés de ces règles qui ont quelques peu vieillis. Olivier Norek propose là un livre qui regroupe deux policiers mais qui n’est pas pour autant stricto sensu un roman policier. En Syrie, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya dans un endroit où elles doivent l’attendre en sécurité : la jungle de Calais. Il doit les rejoindre quelques temps après. D’un autre côté, nous suivons Bastien, un policier français qui a lui aussi fui sa région d’origine pour s’installer à Calais avec sa femme et sa fille. Entre le monde français et le monde britannique, la violence règne et le droit du plus fort l’emporte : l’apparition de crimes amène Adam et Bastien à collaborer.

On aurait pu craindre un roman rempli de clichés et assez malvenu sur la jungle de Calais. Olivier Norek évite heureusement de nombreux pièges et présente une réflexion intéressante sur l’accueil des étrangers en France et sur le rapport entre ces étrangers dans un espace presque clos. L’intrigue policière, quelque peu conventionnelle, est moins intéressante que la description de l’ambiance de la jungle et des mécanismes de survie qui sont nécessaires à mettre en place. Au cours du récit, nous croisons des flics racistes, des policiers forcés de faire leur travail en mettant leurs affects de côté, un enfant abandonné à la langue coupé, un recruteur de Daesh, un militant de l’association No Border, etc. Entre deux mondes est un roman bien construit autour d’un thème qui mérite que l’on s’y attarde.

Entre deux mondes, Olivier Norek, Editions Michel Lafon, 416 pages, 19,95€

Date de parution : 5 octobre 2017

« – Bienvenue dans la Jungle, lieutenant. Le plus grand bidonville d’Europe.
Feux de camp. Caravanes sans roues rescapées des fourrières. Des visages par milliers, d’Afrique du Nord, d’Afrique noire, d’Asie et du Moyen-Orient. Des chiens errants, la queue entre les jambes. Des chants d’enfants. Une musique pop pakistanaise quelque part au loin. Des relents de poubelle se mélangeant aux odeurs de cuisine. Quelques humanitaires aux têtes blondes portant des tee-shirts de la Croix-Rouge, de Médecins sans Frontières ou d’autres associations dont Bastien n’avait jamais entendu parler. Des hommes en djellaba et à la barbe longue, d’autres en jean, cigarette et bière à la main, pas de femmes, quelques gamins seuls, sales, souriants, se courant après. »

L’éternelle, l’immortelle, l’obsession Marlene Dietrich à la Maison Européenne de la Photographie
[Arras Film Festival 2017] « Centaure » : assez belle promenade kirghiz
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *