Livres

Milady de Winter (BD) : le parti pris de la féminité

29 décembre 2010 | PAR Olivia Leboyer

Adapter Alexandre Dumas en BD ?L’entreprise très risquée : il faut évidemment du style ! Agnès Maupré relève brillamment le défi, forte d’une idée intéressante : centrer toute l’intrigue sur Milady de Winter. Paru en octobre 2010.

On aime Alexandre Dumas pour son style éblouissant et simple, pour la complexité des intrigues, pour le goût des mystères. De quelles armes peut bien disposer une bande dessinée pour restituer une atmosphère aussi romanesque ? La jeune Agnès Maupré (qui a bénéficié d’une bourse d’écriture du Centre National du Livre) en possède une, et de taille : sa féminité. Les épisodes soudant la bande de d’Artagnan et des mousquetaires sont habilement relégués au second plan, la dessinatrice et auteur concentrant toute son attention sur le beau personnage de Milady de Winter. Demandez aux hommes de votre connaissance : ils se souviennent souvent mieux de la sulfureuse Milady que des scènes d’affrontements entre les mousquetaires et les gardes du cardinal !
Milady, la femme tatouée, la femme à la marque infâmante, manipulatrice, rusée et cupide, alimente naturellement les fantasmes…
La première vignette nous la montre nue et pendue à un arbre, laissée pour morte par son mari, le Comte de la Fère. A la vue de la fameuse marque, que sa femme avait pris soin de constamment dissimuler, le Comte s’est en effet jugé déshonoré. Rescapée de justesse, la belle Milady cultivera désormais comme un art sa vengeance contre la gent masculine. Séduire, épouser, tuer ou tromper seront ses maîtres mots. Agnès Maupré a le trait suffisamment acéré pour peindre une Milady follement féminine, élégante et fine.
D’Artagnan apparaît, quant à lui, comme un jeune godelureau un peu boutonneux, poussé dans ces aventures débridées par ses hormones plus que par le sens de l’honneur ! La fascination pour Milady constitue donc le moteur du récit, qui se déroule très agréablement. Tout le monde connaît l’histoire, mais ce traitement sous un nouvel angle lui redonne du piquant. Un tome II est attendu !

Milady de Winter, Tome I, d’Agnès Maupré, Ankama Editions, 2010, 14 euros 90.

La Chose, de Laurent Roth, lecture publique de Mireille Perrier et Mathieu Amalric à regarder en ligne
Les soirées du Nouvel an
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *