Livres

Mathieu Guidère dresse le portrait des cocus de la Révolution

03 mars 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Professeur des universités et directeur de recherches à l’université de Toulouse II, docteur en linguistique et agrégé d’arabe, Mathieu Guidère a été professeur résident à la prestigieuse école de Saint-Cyr, en tant que spécialiste de géopolitique. Il vient de publier Les cocus de la Révolution. Voyage au cœur du printemps arabe.

LE PRINTEMPS ARABE

Le printemps arabe a soulevé l’espoir de millions de personnes dans les pays arabes et en occident. Le printemps arabe était un rêve puissant, un rêve de liberté généralisée. Mais que sont finalement devenues les promesses ? Où sont les réponses ? Pour Mathieu Guidère, ces questions cruellement désenchantées se posent avec acuité particulière en raison des dernières évolutions du monde arabe. Nombre d’espoirs ont été déçus, si bien que les malentendus à l’œuvre de part et d’autre de la Méditerranée sont légion.

IL FAUT VOYAGER

Mathieu Guidère reprend à son compte les propos de Montaigne, selon lequel « il faut voyager pour frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui ». Pour mettre en pratique cette maxime, Mathieu Guidère a entrepris un périple à travers les pays arabes, comme l’Egypte, la Tunisie, la Libye, le Maroc, l’Algérie, le Qatar, la Syrie et le Yémen.

LA DÉCEPTION

Comme souvent, dans ce genre de manifestation, il y a une déception compte tenu des attentes et de la frustration initiale. L’islamisme apparaît aujourd’hui comme « l’horizon indépassable » des sociétés arabes, étant donné le conservatisme ambiant et la lenteur de l’évolution des mentalités.

Le récit des voyages de Mathieu Guidère est vraiment passionnant. Celui-ci passe en revue tous les problèmes du moment, tels que l’affaire Mérah, la laïcité, l’excision, la place des femmes, le financement des islamistes par le Qatar.

Lucide, l’auteur reprend une citation de Napoléon Bonaparte, selon lequel « dans les révolutions, il y a deux sortes de gens, ceux qui les font et ceux qui en profitent »…

Mathieu Guidère, Les cocus de la Révolution. Voyage au cœur du printemps arabe, Édition Autrement, décembre 2012, 157 p., 12 euros.

Louis Crocq : Les paniques collectives
Nouveau Festival : Daniel Linehan tourbillonnant, Marcel Duchamp décevant
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *