Livres
Marivaudevilles de nuit de Martin Veyron: une virée nocturne à la recherche de l’amour…

Marivaudevilles de nuit de Martin Veyron: une virée nocturne à la recherche de l’amour…

26 novembre 2012 | PAR Alice Dubois

Martin Veyron s’est fait un nom dans le milieu de la BD au début des années 80 avec son très célèbre L’amour propre ne le reste jamais bien longtemps, une bande dessinée érotique vendue à plus de 250 000 exemplaires. Travaillant pour l’Echo des Savanes à la même période, Martin Veyron se voit affublé d’une jolie réputation de pornographe. S’en amusant lui-même, il met depuis beaucoup d’ardeur à justifier les quolibets. Mais toujours avec humour. Travaillant aussi pour le presse, il publie de nombreux dessins dans Pilote, Paris Match ou encore le Nouvel Observateur. En 2001, il reçoit le grand prix du Festival d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre. Après la publication en 2011 de Marivaudevilles de jour, voici Marivaudevilles de nuit, une version nocturne des rencontres amoureuses et des aventures sans lendemain.

 


 

Comme un long plan séquence, Marivaudevilles de nuit suit des hommes et des femmes tout au long de la nuit, au gré du hasard. De bistro en scooter, de taxi en abribus, les couples se font et se défont sous l’oeil vif et attendri de l’artiste…Autant de personnages qui nous emmènent au coeur de la complexité des relations homme/femme. Entre adultère, coup de foudre, déception, incompréhension totale ou recherche de coït, les destins se croisent, nous rappelant la multitude des possibilités face à l’amour et au sexe…

Avec beaucoup d’humour et peu de mots parfois, Martin Veyron croque des petites histoires d’un soir. Il lui suffit parfois d’un seul dessin pour résumer très justement une situation cocasse. Tordant le cou à pas mal d’idées reçues, il s’amuse des stéréotypes que nous impose notre société, que l’on soit un homme ou une femme. Beaucoup de sexe, certes mais jamais de vulgarité. C’est ce qui fait tout le charme de ces rencontres nocturnes.

Même si les dessins manquent selon nous de poésie, le propos reste charmeur, drôle parfois et souvent très juste. A lire et à faire lire aussi…

 

Marivaudevilles de nuit de Martin Veyron. Editions Dargaud. Novembre 2012. 48p. 13,99€.

Les Enfants terribles de Cocteau, un opéra chambriste à l’Athénée
La photographie en cent chefs-d’œuvre : auto-promotion plaisante des collections de la BNF
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *