Mangas
« Les deux Van Gogh » Une relecture intrigante des relations entre les deux frères Van Gogh

« Les deux Van Gogh » Une relecture intrigante des relations entre les deux frères Van Gogh

11 mai 2015 | PAR Sandra Bernard

Ovni dans la production manga du moment, Les deux Van Gogh d’Hozumi aux éditions Glénat retrace, de manière quelque peu romancée, la relation quasi fusionnelle entre les deux frères Van Gogh : Théo et Vincent, avec une mise en lumière particulière du premier. Entre Théo le marchand d’art de chez Goupil, fantasque, tapageur et enjôleur et Vincent, naïf génie de la peinture qui regarde le monde avec les yeux émerveillés d’un enfant, c’est une histoire d’admiration et de jalousie qui s’écrit.

[rating=4]

deux-van-gogh-glenatAlors que Théodorius Van Gogh fait jaser le tout Paris artistique avec sa nomination à la tête de la prestigieuse galerie Goupil and Cie, son frère Vincent passe son temps à vagabonder et peindre ce qui lui plait. Dans le Paris du XIXe siècle, l’art déclenche les passions. Les élites considèrent que le peuple non éduqué ne peut comprendre l’art. A l’opposé, les artistes contemporains cherchent de nouvelles formes picturales pour exprimer leur art. Au milieu, Théo cherche à casser le système de l’intérieur et faire émerger les nouvelles formes artistiques tout en faisant découvrir et apprécier l’art aux masses laborieuses.

Entourés de toute une galerie de personnages célèbres (Toulouse-Lautrec, Gerôme, etc.) le deux frères tracent leur chemin. A la surprise générale, c’est Théo qui est mis en avant avec ses manœuvres tantôt tapageuses, tantôt fines pour faire accepter l’art de ses contemporains. De son côté, Vincent est bien différent de son image d’artiste maudit notoire.

Graphiquement, le style long et fin est typique du genre shôjo. Un soin tout particulier est apporté à la représentation des tableaux.

Les deux Van Gogh est une jolie histoire originale sur l’amour fraternel et la passion pour l’art. Si Théo semble peu fiable et sympathique au premier abord, c’est qu’il leurre aussi bien le lecteur que les amateurs bien-pensants de l’époque. Si le personnage de Vincent semble simple et naïf dans un premier temps, il n’en est rien. La jeune mangaka Hozumi, parvient, dans ce gros One Shot, à tisser une histoire charmante et poignante tout en rappelant le contexte artistique de l’époque. Il est également intéressant et audacieux d’avoir mis en avant le personnage de Théo Van Gogh. L’ouvrage a reçu le très populaire prix “Kono manga ga Sugoï” (Ce manga est incroyable) 2014, décerné par un “jury” composé de plus de 400 professionnels japonais de l’édition et de la librairie.

Informations pratiques :

Hozumi, Les Deux Van Gogh, Editions Glénat, Collection Seinen, Format : 115 mm x 180 mm, Façonnage : Souple, 384 pages, Paru en mars 2015, Prix: 10.75 €

Visuel : Couverture de l’ouvrage

Le genre coréen s’installe à Cannes
Agenda Classique de la semaine du 11 mai
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *