Cinema

Le genre coréen s’installe à Cannes

Le genre coréen s’installe à Cannes

11 mai 2015 | PAR Alice Aigrain

Après avoir été mis à l’honneur au Festival International du Film Policier de Beaune cette année, la Corée du Sud réaffirme la présence de son industrie cinématographique bouillonnante, par la programmation de trois films lors du festival de Cannes.

Old boy

Une évidence pour certains, une surprise pour d’autres.

Exception mondiale, l’industrie cinématographique coréenne est foisonnante de création et est l’une des seules à concurrencer les productions américaines sur son sol. La présence de trois films ne devrait donc pas surprendre dans un festival international du cinéma. Pourtant le monde du cinéma occidental a mis du temps à reconnaître cette création coréenne. Certainement refroidit par une production tournée vers le film de genre, souvent à destination d’adolescents, la Corée semble avoir en 2015 trouvé sa place à l’international.
Pourtant les amateurs de polars et de thriller le savent, les coréens réinterprètent et tordent, depuis plus de 20 ans, les codes du genre. D’une violence souvent extrême, le cinéma coréen se veut le purgatoire d’un pays dont les souffrances n’ont jamais été expiées. Se déroulant généralement dans les bas-fond d’une grande ville aux néons impersonnels, ces films nous montrent des images léchées qui nous mettent à distance du suspens infini qu’ils laissent à voir et qui, dans la tradition du film de genre, cherchent à atteindre le stade du dégout. Dégout de sang, dégout de violence, dégout de sournoiserie et de bassesse humaine. Ainsi après Old Boy de Park Chan Wook qui avait reçu le grand prix du jury des mains de Tarantino en 2003, et qui semble marquer le paroxysme de la violence et de la perversion, Cannes remet à l’honneur le film de genre coréen dans sa programmation.

Deux certains regards, une séance de minuit.

Yves Montmayeur, spécialiste du cinéma coréen, affirme dans un article du Figaro que la reconnaissance du film de genre de Corée du Sud est un peu tardive. Selon lui l’effervescence a eu lieu il y a 10 ans, quand a peine une décennie après la chute de la dictature, le polar coréen n’était qu’un prétexte aux métaphores sur les souffrances du pays. Ainsi quand le héros de Old Boy décide après 15 ans d’enfermement de fracasser à coup de marteau tout ce qu’il trouve dans un sadisme absolu, Yves Montmayeur y voit une mise en image détournée « de l’emprisonnement de la société coréenne sous la dictature ».
Cette violence, nous la retrouverons cette année probablement lors de la séance de minuit avec le film Office de Hong Won-Chan. Ce dernier nous racontera l’enquête d’un détective sur le meurtre d’une famille qui le conduira sur les traces d’un serial killer qui officie à coup de marteau poussé par le stress de son travail et d’un licenciement.
Du côté de la compétition, le film The Shameless de Oh Seung-uk est attendu puisqu’il est porté par l’actrice Jeon Do-yeon, qui avait remporté le prix d’interprétation féminine en 2007 pour Secret Sunshine de Lee Chang-dong. Ce thriller suit le lieutenant Jung Jae-gon qui est sur la piste de Park Jun-gil, le suspect d’un meurtre. Persuadé que ce dernier rentrera en contact avec sa maitresse, une barmaid d’un club miteux, le lieutenant décide de s’infiltrer dans la vie de la jeune femme. Enfin le plus attendu de cette sélection coréenne est sans nul doute Madonna de la cinéaste Shin Su-won. Ce film au scénario aussi original que glauque, nous raconte l’histoire d’une infirmière qui tente d’obtenir le consentement au don d’organe de la famille de Madonna, patiente victime d’un étrange accident. Tandis que la pression monte du côté d’une autre famille dont le fils attend désespérément une transplantation cardiaque.

©Allociné

« Rester juif ? » : Les universalités modernes du judaïsme
« Les deux Van Gogh » Une relecture intrigante des relations entre les deux frères Van Gogh
Alice Aigrain
Contact : [email protected] www.poumonsvoyageurs.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *