Mangas

Dans un recoin de ce monde tome 1 : la joie de vivre malgré tout

Dans un recoin de ce monde tome 1 : la joie de vivre malgré tout

02 janvier 2014 | PAR Sandra Bernard

dans-un-recoin-de-ce-monde-1-kanaDans un recoin de ce monde propose une histoire simple et douce amère comme un souvenir lointain et cotonneux. Dans ce premier tome, l’auteure, Fumiyo Kouno raconte l’histoire de Suzu Urano, une jeune japonaise un peu distraite, pendant la Seconde guerre mondiale. Après quelques épisodes de son enfance dans le japon des années 1930, c’est son mariage dans une autre ville avec un presque inconnu, Hojo Shusaku qui marque le début réel du récit.

Menue, rêveuse, gaffeuse mais pleine de bonne volonté et travailleuse, ce brusque changement s’opère dans le contexte tendu de l’entrée en guerre du Japon. Suzu Urano est née à Hiroshima dans les années 1930 dans une famille de pécheurs d’algues. Seconde de trois enfants, elle est douce, rêveuse et excelle en dessin. Quelques années plus tard, elle se marie à Hojo Shusaku, un gentil jeune homme travaillant pour les tribunaux militaires. Elle va alors vivre dans la famille de son mari à Kure, une ville qui dispose d’un port militaire où passent de nombreux navires, fleurons de la nation.

Raconté avec douceur et humour grâce au caractère gaffeur de l’héroïne, l’on rentre dans l’intimité d’une famille populaire du début de l’air Shôwa, marquée par une forte montée du nationalisme et expansions impériale en Asie. Pour la population civile, la période est rude. Les années 1920-1930 ont été marquées par de nombreux troubles et catastrophes. Aussi, Suzu et le reste de la population doit composer avec les restrictions de nourriture, les milices de voisins, l’omniprésence de l’armée et de la police, les mesures anti-aériennes. Au cours de ses pérégrinations, elle rencontre Rin, une jeune courtisane évaporée et retrouve Tetsu, un de ses amis d’enfance devenu marin.

Là où excelle l’auteure, c’est dans la description de la vie quotidienne des familles, dans les actes simples sur fond de grande Histoire. Son héroïne, forte et fragile à la fois, est très attachante, nous permettant de rentrer rapidement dans cette chronique sociale sans jugement ni pathos, mais très mature.

Les graphismes sont pour beaucoup dans la douceur du récit. Très ronds et simplifiés, ils sont pourtant limpides et extrêmement expressifs.

La lecture de ce premier tome est très agréable et hélas beaucoup trop rapide. Si bien que l’on attend la suite avec impatience.

Visuel : © 2008 Fumiyo Kono / FUTABASHA

Page sur le site de l’éditeur VF

Informations pratiques :

Parution : 23/08/2013, ISBN : 9782505018230, Formats : 148 * 210, Pages : 224

[Chronique] « Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters » : branleur et jouissif
Gagnez 5×2 places pour la pièce « Le jeu des 1000 euros » de Bertrand Bossard le 10 janvier
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *