Théâtre
« La Mifa », l’histoire d’une famille (pas) comme les autres pendant la Seconde Guerre mondiale

« La Mifa », l’histoire d’une famille (pas) comme les autres pendant la Seconde Guerre mondiale

24 octobre 2021 | PAR Magali Sautreuil

« La Mifa », c’est non seulement l’histoire à la fois singulière et universelle d’une famille de saltimbanques pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi celle d’une troupe : la Cie Manifest Création. « La Mifa », c’est un peu son enfant, puisque c’est autour de lui que la compagnie a vu le jour en novembre 2019 et c’est avec lui qu’elle étrenne ses premières représentations sur les planches du Studio Hébertot, à Paris. 

 

La pièce nous transporte en plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale, dans un cabaret parisien, La Mifa, en proie à de profonds chamboulements.

La guerre l’a en effet privé de sa meneuse de revue, les difficultés financières s’accumulent, mais, envers et contre tout, le spectacle doit continuer. 

Malgré la violence du conflit et les blessures infligées aux membres de la troupe, les problèmes que ces derniers rencontrent nous font presque totalement oublier son existence. La Mifa constitue ainsi un univers qui se suffit à lui-même, une famille, avec son lot de peines et de joies.

Au premier abord, les personnages, aux caractères bien distincts, paraissent forts et sûrs d’eux. Mais lorsque le vernis s’effrite, il laisse transparaître une grande fragilité et sensibilité. Celui qui va malgré lui le craqueler, c’est Ange. Embauché par Anastasia/Lucrèce, la propriétaire du cabaret, ce jeune transformiste, qui assume totalement sa féminité au grand dam de son père et des mœurs de la « bonne » société, va en effet bousculer la routine de la Mifa et inviter chaque membre de la troupe à se questionner sur qui il est réellement et à s’accepter tel qu’il est.

C’est ainsi qu’Anastasia/Lucrèce, la maîtresse autoritaire des lieux, Hercule, le monsieur muscle de la troupe, Marcelle, la jeune orpheline et Maestro, le violoniste muet vont sortir de leur torpeur, briser les non-dits qui les rongent et enfin aller de l’avant.

Mais cela ne pourra se faire que progressivement et c’est ce cheminement qui est au centre de l’intrigue. Cette quête existentielle que tout un chacun connaît se traduit de différentes manières : joutes verbales, langage corporel et musique.

Cette diversité dans le choix des modes d’expression reflètent le florilège d’émotions que traverse la Mifa. 

Elle confère aussi à la pièce une dimension poétique, qui tranche avec la réalité de la guerre. Maestro porte d’ailleurs très bien son surnom. En bon chef d’orchestre, il manie l’archet pour mettre en musique ses pensées et utilise la pantomime pour nous donner à voir ce qu’il ne peut dire, nous entraînant ainsi dans son monde.

C’est d’ailleurs ce que fait chaque protagoniste : il nous emmène dans son propre univers… avant de se retrouver en famille. Les différentes histoires des uns et des autres se retrouvent au final imbriquées pour tisser une toile commune : celle de la Mifa.

Avec La Mifa, la compagnie Manifest Création nous propose une première création originale de qualité, qui nous touche par sa mise en scène et son intrigue à la fois singulière et universelle. 

 

La Mifa, une pièce écrite et mise en scène par Fanny Streissel, avec Laurent André en alternance avec Axel Baille (Ange), Morgane Gander (Marcelle), Christophe Som (Maestro), Laëtitia Carrere (Anastasia/Lucrèce) et Pol White (Hercule), présentée à Paris, au Studio Hébertot, du 2 septembre au 23 octobre 2021, les jeudis, vendredis et samedis à 19h. Durée : 75 minutes.

Retrouvez l’actualité de la compagnie Manifest Création sur son site Internet (ici), sa page Facebook (ici), son compte Instagram (ici) et sa chaîne YouTube (ici).

Visuels : Affiche réalisée par © Jonathan Philomène et photos fournies par l’attachée de presse, Mme Sandra Vollant. 

Infos pratiques

Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux
Théâtre El Duende
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture