Mangas

« A Silent Voice » Tome 1 : l’arroseur arrosé

« A Silent Voice » Tome 1 : l’arroseur arrosé

24 août 2015 | PAR Sandra Bernard

La vie scolaire au Japon est, par bien des aspects, très différente de celles des enfants français, que ce soit au niveau du rythme scolaire ou des relations entre individus. A Silence Voice, de Yoshitoki OIMA, publié aux éditions Ki-oon aborde deux tabous de la scolarité au japon : le handicap et l’ijime.

[rating=4]

Shoko Nishimiya est sourde de naissance. De nature douce, elle tente de s’intégrer dans sa nouvelle école et de se faire accepter par ses camarades. Mais ces derniers ne cessent de la brimer, en particulier Shoya et ses amis.

Bien mené quoique très porté sur le pathos, ce premier tome de A silent voice a le mérite de parler clairement de ce qui dérange : la méchanceté des enfants dès la primaire et l’inaction des adultes.

Faisant suite à la première partie du tome assez dure, la seconde partie laisse entrevoir une note d’espoir pour la suite et un rapprochement ainsi qu’une plus grande compréhension entre les deux personnages principaux. L’intrigue est servie par des graphismes soignés et ronds. Shoya a un look assez particulier.

Informations pratiques :

Yoshitoki OIMA, A Silent Voice T01, Ki-oon, Parution : 22-01-2015, Format : 11,5 x 17,5 cm, Nombre de pages : 192, Prix de vente : 6,60 €, Tomes parus en VO : 7 (série terminée).

Visuel : KOE NO KATACHI © Yoshitoki Oima / Kodansha Ltd.

« Moi dragon » la saga : donjon et dragons
L’agenda culture de la semaine du 24 août 2015
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *