Livres
« Les clés retrouvées » de Benjamin Stora: Une enfance juive à Constantine

« Les clés retrouvées » de Benjamin Stora: Une enfance juive à Constantine

26 avril 2015 | PAR Alice Dubois

Professeur des Universités, Président du conseil d’orientation du musée de l’histoire de l’immigration et auteur de nombreux ouvrages, Benjamin Stora signe ici un livre très personnel sur l’Algérie de son enfance et la mémoire de sa famille. Paru aux éditions Stock, Les clés retrouvées nous font rentrer par la petite porte dans l’histoire des juifs de l’Algérie française.

Stora

En 2000, Benjamin Stora retrouve, dans la table de nuit de sa mère qui vient de décéder, les clés de leur appartement de Constantine, quitté précipitamment en 1962. De là, l’historien remonte le fil de l’histoire et se retrouve, enfant, jouant dans les rues du quartier juif de l’ancienne Cirta. Une enfance banale et heureuse, entre l’école publique avec sa maîtresse « Française de France » et l’Alliance, l’école hébraïque. Une insouciance frappée de plein fouet par « les événements », comme on les appelle alors et par la défiance communautaire qui tout à coup s’immisce dans le quotidien. A 7 ans, Benjamin Stora voit son premier cadavre, porté dans la rue par un groupe d’hommes. A 10 ans, il se souvient avoir déjà « une conscience nette de la guerre ».

Se repassant le film de ses souvenirs, passés au crible de l’historien qu’il est devenu, l’auteur raconte Constantine, l’origine de sa famille mi-andalouse mi- berbère, les communautés qui se côtoient, les réalités de l’Algérie française, les bombes de l’OAS et finalement le départ « impensable » pour ses parents, et pour tant d’autres. Les valises, la maison que l’on ferme et toute une vie qui disparait, comme rayée de la carte. Et puis la France, Orly, la banlieue anonyme de Sartrouville et « l’intégration » nécessaire.

Une mémoire vive et douloureuse des juifs d’Algérie à la recherche de leur histoire, entre leur appartenance aux exilés « pieds-noirs » de toutes confessions religieuses et une histoire juive plus ancienne, aux frontières de l’Orient. Un témoignage précieux pour l’histoire juive et un exercice judicieusement mené entre travail d’historien et subjectivité du vécu.

 

Les clés retrouvées de Benjamin Stora. Editions Stock- Collection Un ordre d’idées. Parution: mars 2015. 152 p. 17€

[Critique] Marathon de comédies anglophones à Séries Mania
Toute la French culture à Londres – François Pignon s’invite chez la Perfide Albion
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

3 thoughts on “« Les clés retrouvées » de Benjamin Stora: Une enfance juive à Constantine”

Commentaire(s)

  • bonjour, je recherche une carte topographique de sidi maarouf ou jai éffectue mon service militaire en 1961 au 8èm RIM. en effet notre P C se trouvait au nid d’aigle à plusieurs km au nord est de notre cantonnement . je ne me^souviens pas du nom de ce lieu, ici l’ÎGN ne vend pas de carte de l’algérie depuis les attentats de janvier 2015, pouvez vous me procurer cette carte contre le paiement avec port inclus; je vous remercie par avance. cordialement. Max Giboulet.

    juin 22, 2015 at 20 h 11 min
  • monsieur le professeur; Bonjour, je recherche une carte topographique de sidi maarouf ou jai effectué mon service militaire en 1961 au 8èm RIM. en effet notre P C se trouvait au nid d’aigle à plusieurs kms au nord est de notre cantonnement. je ne me souviens pas du nom de ce lieu. ici l’IGN ne vend pas de carte de l’algérie depuis les attentats de janvier 2015; pouvez vous me procurer cette carte contre son paiement avec port inclus. Je vous remercie par avance. Cordialement. Max GIBOULET.

    juin 22, 2015 at 21 h 14 min
  • giboulet

    supprimer mes deux commentaires

    mars 13, 2017 at 5 h 03 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture