Livres

Le petit Lebey 2013, un précieux cadeau pour démarrer l’année

25 décembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Le guide le plus vendu des restaurants de Paris et ses environs est aussi le seul qui met un point d’honneur à envoyer ses chroniqueurs re-tester chaque restaurant qu’il mentionne, chaque année depuis 1987. En 2013, il s’enrichit de 80 nouvelles adresses (soit 640 tables), d’un duo d’experts pour tester la carte des vins ( Michel Bettane et Thierry Desseauve) et d’une mise à l’honneur de la Corée. Et, comme chaque, année, il décerne ses prix.

Classés par arrondissement, puis par ordre alphabétiques, les restaurants représentés dans le Lebey commencent vers les 30 euros. La plupart du temps,les critiques ne prennent en compte que les mets et les vins, volontiers dans une tradition et un savoir-faire français, malgré quelques adresses exotiques incontournables de la capitale. Mais le décor et le standing compte aussi, si bien que, par exemple, la plupart des cafés et restaurants Costes sont communiqués pour leurs terrasses (Chez George) ou leur déco (L’esplanade), malgré des mets très uniformes.

Les plus? Une vraie demi -page par restaurant, qui commence par dix lignes de descriptif assez libre pour renseigner exactement sur le menu testé, sa qualité et son prix, avec une ouverture sur quelques mets de la carte de manière générale et les formules (entrée+ plat ou plat+ dessert) ou menus (entrée + plat + dessert) proposés. La carte des vins est effectivement à l’honneur et l’on sait assez vite sil’on a envie du type d’ambiance que propose le restaurant ou pas. Les institutions y sont représentées et re-testées chaque année, et le guide n’hésite pas à dire quand l’effet de mode est tombé (Le Mathis) ou que la cuisine n’est plus à la hauteur (Chez André). Les nouveaux lieux sont répertoriés et quand un excellent chef annonce une ouverture pour début 2013, c’est déjà dans le Lebey…

Le (petit) bémol : Comme le guide commence à partir d’un certain « standing », certains arrondissements comme le 19ème ou le 20ème sont sous-représentés (2 pages chacun !!!), il y a très peu d’adresses répertoriées et celles-ci sont très classiques (Le bœuf couronné, Le Mama Shelter…). De même, la part dédiée aux alentours de Paris est très congrue. faut-il vraiment aller au coeur des murailles de la capitale entre le 8e et le 1er pour bien manger?

Au final et malgré cette dernière nuance, le Lebey est toujours et encore un outil indispensable pour tous les gourmets curieux de connaître les possibilités de régal qu’offre la capitale.

Palmarès des plats 2013 :

En salé…
Calmars sauvages à la carbonara – Jean-François Piège, Thoumieux (Paris 7e), 13€
Filets de maquereau à la plancha – Claude Colliot, Claude Colliot (Paris 4e), 25€
Mousseline de pommes de terre ratte, oeuf de poule et truffe noire – Alain Solivérès, Taillevent (8e), 120€

En sucré (ex æquo)…
Perle au chocolat noir en surprise, glace parfumée au tonka – Geoffroy Maillard, La Table d’Eugène (Paris 18e), 12€
ou
Pina colada comme un vacherin, dés de mangue et citron vert – Beatriz Gonzales et Yannick Tranchant, Neva Cuisine (Paris 8e), 100€

Audrey Hepburn entre Rome et New-York à nouveau en salles à partir du 9 janvier
Annette Messager expose ses continents noirs à Strasbourg
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Le petit Lebey 2013, un précieux cadeau pour démarrer l’année”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *