Livres

Le fils de Rembrandt, un délice de bande-dessinée

10 décembre 2010 | PAR Sonia Dechamps

« Le fils de Rembrandt », qui retrace la vie du fils du grand peintre, célèbre pour ses portraits et ses clairs-obscurs, est une bande-dessinée légère et rafraîchissante.

Le fils de Rembrandt, c’est Titus. En 1675, alors qu’il est mort, sa fille, Titia, interroge sa tante Cornélia sur celui qui était son père, et qu’elle n’a pas connu. Le lecteur est alors entraîné dans un incroyable voyage dans le temps ; découvrant la vie du fils de Rembrandt – et en filigrane, celle de son père – entre 4 et 26 ans.

Bien entendu, et même si la bande-dessinée fait quelques 300 pages (qui se lisent à une vitesse folle), il ne s’agit pas de rentrer dans les détails de la vie du petit garçon, puis du jeune homme, mais d’évoquer ainsi différents âges d’une vie permet à Robin de donner le sentiment au lecteur de lui aussi connaître Titius, de s’intéresser au parcours de vie de ce personnage attachant ; drôle et sensible. De son enfance – à observer son père, ce « bon vivant », peindre, vivre au-dessus de ses moyens, accumuler les dettes -, à sa mort prématurée en 1968, en passant par son mariage (d’amour) avec sa cousine Magdalena et maints autres épisodes, c’est avec délectation que le lecteur se plonge à la suite de Titus, quatre siècles en arrière.

Humour, amour, tragédie aussi, tous les ingrédients sont réunis dans cette bande-dessinée qui prend pour décor la riche Amsterdam du XVIIème siècle ; ses canaux, son architecture offrent un bel espace de jeu au dessinateur.
Également auteur jeunesse, Robin réussit à instaurer – dans son récit – une atmosphère d’une grande délicatesse ; simple, mais pour autant pas mièvre, « Le fils de Rembrandt » s’adresse à tous.

Très épurées les illustrations ne sont pas sans rappeler celles de Sempé ; et elles contribuent fortement à ces impressions de légèreté et de simplicité, qui caractérisent ce livre. Ponctuellement, des touches de réalismes apparaissent, rappelant au lecteur que s’il n’a pas entre les mains un documentaire historique, les personnages évoluant sous ses yeux ont toutefois existé ; ainsi, par exemple, lorsque Rembrandt peint, ce sont de vraies peintures qui peuvent être vues sur les toiles.

« Le fils de Rembrandt » est une œuvre poétique et inattendue. Une vraie bonne surprise.

« Le fils de Rembrandt » de Robin, chez Sarbacane

De vrais mensonges, cible émouvante sur les rapports mère-fille
Gagnez 3×2 places pour Striptease au théâtre de la Bastille le 14 décembre
Sonia Dechamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *