Jeunesse
Le petit chaperon rouge en transylvanie

Le petit chaperon rouge en transylvanie

08 décembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Scénario de Martin Powell – Dessins et couleurs de Victor Rivas

La grand-mère de Ruby sait que la forêt transylvanienne est pleine de dangers mais elle va trouver une parade pour protéger ce qu’elle aime le plus. D’ailleurs peut-être n’est-il pas tant besoin de s’inquiéter pour le petit chaperon rouge, elle est pleine de ressources.

Martin Powell est un scénariste inspiré très reconnu chez Disney et Marvel entre autres. Il a reçu la récompense la plus honorifique pour un auteur de bande dessinée: une nomination aux Eisner Awards pour Scarlet in Gaslight. Sa série A Case of Blind Fear parue chez Eternity comics est également très reconnue. Cet auteur excelle à jouer sur des personnages célèbres de la littérature qu’il revisite à sa sauce pour notre plus grand plaisir avec un léger humour noir. Quand à l’espagnol Victor Rivas qui dessine ce petit chaperon rouge, il aime prêter son crayon tant aux livres jeunesse qu’à la presse, les jeux vidéo et la bande dessinée, il publie en particulier Guinsy dans le supplément d’El Pais.

Après la reprise du conte « Les trois petits cochons » chez Emmanuel Proust, c’est « Le petit chaperon rouge » qui est revu et corrigé en bande dessinée. Avec un dessin sombre et mystérieux à la Tim Burton et des personnages modernes, audacieux et bien campés, cette effrayante aventure prend de nouvelles couleurs. Tous les personnages sont vus sous un autre angle: le loup, la petite fille et la grand-mère bénéficiant d’une épaisseur psychologique intéressante. Quand à l’action, si elle a des ressemblances avec celle que nous connaissons déjà, elle présente également quelques surprises qui ne manquent pas de piquant surtout au début et à la fin. Visiblement, il n’y a pas que des vampires dont il faut se méfier en Transylvanie: alors pays de la peur ou lieu d’inspiration de tous les écrivains cherchant à donner à leurs lecteurs des sensations fortes? Quoiqu’il en soit, cette bande dessinée a toutes les chances de séduire les amateurs de frissons petits et grands.

 

 

 

 

Le jeu de l’amour et du hasard au théâtre Mouffetard
Axel Lieber, artiste allemand à Paris
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *