Jeunesse

« Aussi loin que possible » d’Eric Pessan, peu importe la destination, seul le voyage compte…

« Aussi loin que possible » d’Eric Pessan, peu importe la destination, seul le voyage compte…

13 octobre 2015 | PAR Le Barbu

Adolescent, Éric Pessan aimait beaucoup lire. C’est alors qu’il a commencé, tout naturellement, à écrire ses propres histoires. L’un ne va pas sans l’autre : celui qui aime le foot a envie de shooter dans un ballon, celui qui aime le rock a envie de s’emparer d’une guitare. Un jour, bien plus tard, un éditeur s’est intéressé à ses textes. De la même façon qu’il était un lecteur curieux, il est devenu un écrivain curieux : la trentaine d’ouvrages qu’il a publiés mêle plusieurs genres, romans pour adultes et romans pour la jeunesse, nouvelles, pièces de théâtre, poésies, textes écrits en compagnie d’artistes ou de photographes, recueils de croquis. Aussi loin que possible est son dernier ouvrage publié aux éditions L’École des loisirs.

E123805

[rating=5]

Antoine et Tony n’ont rien prémédité, rien comploté. Ce matin-là, ils ont fait la course sur le chemin du collège. Comme ça, pour s’amuser, pour savoir qui des deux courait le plus vite. Mais au bout du parking, ils n’ont pas ralenti, ni rebroussé chemin, ils ont continué à petites foulées, sans se concerter. La cité s’est éloignée et ils ont envoyé balader leurs soucis et leurs sombres pensées. Pour Tony, la hantise de se faire expulser vers l’Ukraine et d’avoir à quitter la France. Pour Antoine, la peur de prendre une nouvelle dérouillée parce que son père a envie de passer ses nerfs sur lui. Depuis ce matin où tout a basculé, ils courent côte à côte, en équipe. Ils se sentent capables de courir pendant des jours, tant qu’il leur restera une once de force. Fatigués mais terriblement vivants.

Quelles sont les raisons qui les ont poussés à se mettre à courir ?

Au-delà du simple roman d’amitié, ou du roman de fugue, Aussi loin que possible est une course pour la survie, une méditation sur les fonctionnements de notre société et sur nos propres choix de vie… Et c’est là que réside toute la beauté de ce texte qui, avec beaucoup de finesse, nous fait pénétrer l’intimité et les réflexions d’un garçon de 13 ou 14 ans qui, au fil de son odyssée, développe une analyse de son environnement, des gens qu’il croise, de notre société consumériste. Les réflexions d’Antoine sont belles, justes et pertinentes, en recherche permanente de poésie, d’un monde plus poétique, d’un monde résolument différent…

Le style d’Eric Pessan est remarquable, à l’image de la course, fluide, rapide, mais il n’oublie rien en chemin. Il n’oublie pas la vie, toutes les vies qui défilent devant les yeux de nos deux marathoniens de l’espoir. Car oui, ce livre est chargé d’espoir. Une véritable bouffée d’air frais dans un environnement délavé, dévasté, morne, fade et ennuyeux.

Aussi loin que possible est un roman d’initiation singulier qui a le mérite d’encourager l’action plutôt que la soumission, la prise de décision plutôt que la frustration, et qui encourage à aborder la vie comme on entame une course : avec le désir d’aller « aussi loin que possible ».

Un véritable coup de cœur à lire, à offrir, à partager, et ce quel que soit l’âge du lecteur.

Extraits :

Sur les gens qui « portent en eux des fureurs immenses, venues d’on ne sait où, prêtes à exploser au moindre prétexte »… et qui habitent « ces maisons qui se veulent toutes différentes et qui finissent par se ressembler ».

«  Si  la cité avait été construite à côté d’une forêt, nous aurions cessé de courir pour nous promener en respirant le grand air et en contemplant la beauté des arbres. Là, encerclés par les magasins, rien ne pouvait nous donner envie de stopper. La laideur, parfois, on ne la supporte plus. »

« Le ciel décrasse les idées noires », l’océan fait oublier la peur, les cris, les engueulades, on ne pense à rien d’autre qu’au moment présent, savourant les sensations de la course dans son corps : « Respirer est un cadeau. (…) Je me sens terriblement vivant »

Âge conseillé : 12 à 16 ans, mais le livre devrait être lu par tous, même les plus vieux d’entre nous !!!

« Aussi loin que possible »  d’Eric Pessan, édition à l’école des loisirs,  septembre 2015, 13,00 €

« Les secrets de la Rome antique » d’Eric TEYSSIER, du mythe fondateur à la puissance impériale.
[Live-Report] Festival Lumière 2015, jour 1
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *