Livres

Pour ne pas oublier le génie David Foster Wallace aux Éditions de L’Olivier.

Pour ne pas oublier le génie David Foster Wallace aux Éditions de L’Olivier.

19 décembre 2016 | PAR Le Barbu

Un an après nous avoir offert L’Infinie Comédie, les Éditions de L’Olivier nous proposent L’oubli, un recueil de nouvelles, et une biographie de David Foster Wallace par D. T. Max. David Foster Wallace naît en 1962 à Ithaca dans l’État de New York. Après de brillantes études en littérature, philosophie et mathématiques, il publie à vingt-cinq ans un premier roman remarqué. En 1991, alors enseignant en littérature à Boston, il se lance dans l’écriture d’un roman « total » : L’Infinie Comédie (Infinite Jest), livre hors norme reçu comme un chef-d’œuvre. David Foster Wallace publiera ensuite deux recueils de nouvelles ainsi que de courts essais sur la littérature, la musique, la télévision et le tennis. En 2008, il se suicide et laisse derrière lui un roman inachevé, Le Roi pâle (Au diable vauvert, 2012), finaliste du prix Pulitzer.

107209_couverture_hres_0

[rating=5]

« Je gaspillais beaucoup de temps et d’énergie à créer une certaine image de moi-même et à recueillir une approbation ou une acceptation qui ne me faisaient rien, parce qu’elles n’avaient rien à voir avec celui que j’étais vraiment. J’étais un imposteur et ça me dégoûtait, mais je crois que je n’arrivais pas à m’en empêcher. »

Ces mots sont ceux de Neal, son long monologue d’homme en proie au doute, à l’imposture et à l’errance constitue l’une des nouvelles de L’Oubli. Comme Neal, les autres personnages de ce recueil souffrent de l’impossibilité de faire coexister leur propre espace mental avec le reste du monde. Et trouvent leur refuge dans l’effacement et l’oubli : dans l’art le plus absurde, la chirurgie esthétique, une lettre désespérée, ou même le suicide. Si vous avez peur de vous manger les 1500 pages de L’infinie Comédie, ce recueil est parfait pour rentrer dans l’œuvre et l’univers du génie dépressif de la littérature américaine, autant roi de la syntaxe, que tyran de la grammaire. Parfois difficile, la prose de David Foster Wallace a toujours mis un point d’honneur à déconstruire le récit pour le mettre au service d’une métafiction post-moderne où l’absurde, le banal et le fantastique se tutoient. Bref, tout y est : le ton, le style, la forme, l’exigence, la folie, l’ironie, l’humour et l’empathie d’un esprit sombre et intelligent, paradoxal et destructeur. De l’urgence de dire à l’urgence de lire il n’y a qu’un pas. Faites ce pas !

111031_couverture_hres_0

[rating=5]

Liens familiaux intenses, relations amoureuses chaotiques, genèse de L’Infinie Comédie : D. T. Max, dans cette magnifique biographie du génie David Foster Wallace, fait le portrait d’un homme qui avait tant de mal à être « humain parmi les humains » et la description d’une épopée littéraire à contre courant qui n’a pas fini de nous influencer.

David Foster Wallace est un personnage aux multiples facettes. Enfant précoce aux talents singuliers, il excelle au tennis avant de l’abandonner pour se tourner vers de hautes études universitaires en littérature, mathématiques et philosophie. Écrivain débutant, mais extrêmement doué, et reconnu très tôt pour son talent, Wallace est rattrapé par de sévères épisodes maniaco-dépressifs qui le hanteront jusqu’à son suicide en 2008. Auteur d’un livre-monde, L’Infinie Comédie, il devient un écrivain de premier plan dans une génération qui en compte beaucoup, en même temps qu’un modèle d’authenticité artistique. D. T. Max a rencontré nombre de ses proches et compagnons d’écriture (Jonathan Franzen, Don DeLillo…) et a réuni d’importants documents inédits pour livrer de David Foster Wallace un portrait intime, littéraire, et très émouvant.

David Foster Wallace, L’Oubli, Traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Recoursé et D. T. Max, David Foster Wallace, Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jakuta Alikavazovic. Éditions de L’Olivier, 2016.

[Coffret Dvd] : « Le Grand Chantage », de Alexander Mackendrick, un grand classique du film noir avec avec Tony Curtis et Burt Lancaster
Les nouveautés parfums : Mille et une nuit parfumées au cœur de l’hiver
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *