Livres
Ils sont fous ces Juifs ! Le manuel d’identité juive d’Hugues Serraf

Ils sont fous ces Juifs ! Le manuel d’identité juive d’Hugues Serraf

31 janvier 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Hugues Serraf est journaliste, auteur, essayiste et … juif, intrinsèquement juif, envers et contre tout. Son petit manuel identitaire est d’abord très drôle avant d’être très touchant. Ça commencerait pas comme une blague juive ?

Mais si ! Ils sont fous ces Juifs joue d’abord la carte de l’ironie en nous faisant croire qu’il s’agit ici d’un peuple entier alors qu’il ne s’agit que l’un d’entre eux, en version autobiographique. Hugues Serraf prend sa vie comme fil conducteur du décryptage de la culture dans laquelle il est né. Comme dans une très bonne blague juive, c’est triste et drôle en même temps, et cela dès le début, en tout cas, dès la première semaine puisque bébé, le petit gars a été circoncis par un « mohel » ( un circonciseur) bourré. Cela ne peut pas s’inventer.

Il va ainsi dérouler les stéréotypes, sur sa mère juive qui ne sait pas cuisiner et sur les juifs de kippour qui ne font même pas kippour, ce jeûne désigné comme étant le plus important de la religion juive. Pourtant, l’homme fait tout pour quitter l’Alliance : manger du porc, épouser une  non juive, ne pas aller à la synagogue ( sauf à New-York, un petit quart d’heure, parce que c’est chic !). Malgré tant d’effort, il reste inscrit dans une identité qui le dépasse et qui dépasse, surtout, le champs du religieux.

Plus profond que la couverture ne le laisse entendre, Ils sont fous ces Juifs se révèle rapidement comme étant un manuel d’identité juive à l’attention des néophytes comme des pratiquants. On arrête de se marrer à la mort du père quand un rabbin désigné ose imposer des rites démesurés. Il écrit « A mon enterrement, que les gens viennent à poil s’ils le souhaitent. Ni mon père, ni moi ne leur en tiendrons rigueur. Enfin, pour mon père, je m’avance sans doute un peu mais certainement moins que le type en redingote : moi, je le connaissais ».

On ne sourit même plus quand il nous promène à Birkenau, tiraillé, on l’aura saisi entre une volonté de tout jeter et une autre… celle de tout garder : « Bon sang, je ne sais même plus la suite. Je ne suis  même pas foutu de dire les deux phrases les plus importantes du judaïsme en plein Birkenau ! Je me sens con. Des larmes me montent aux yeux. Je reprends en me disant que ça va revenir, que si je répète plusieurs fois le début, le reste suivra… Et ça marche » (…)

Ils sont fous ces Juifs dresse un panorama d’un judaïsme laïque très personnel, à la première personne, dans un style parlé et fluide. Ce paradoxe qui semble incompréhensible est extrêmement partagé et souvent mal expliqué. En 163 pages, quelques rituels et autres traditions, Hugues Serraf arrive à démontrer, sans dogmatisme, qu’être juif n’est pas une question de foi, mais bien de culture.

 

 

Top Shop arrive enfin à Paris !!!!
Le Miou Miou, le nouveau club cosi de la rue de Tilsit
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *