BD

« Bijou », portrait d’un diamant

« Bijou », portrait d’un diamant

08 octobre 2019 | PAR Laetitia Larralde

Loustal et Fred Bernard collaborent pour Bijou, un album atypique sur la relation de l’homme à l’Histoire, vue sous le prisme d’un diamant.

En 1898, Gregor McGregor, ami fictif de Jack London, cherche désespérément de l’or en Alaska. Mais c’est en 1907, dans une mine d’Afrique du Sud que la fortune lui sourira sous la forme d’un diamant brut qu’il appellera Bellaciao, en souvenir de la femme qui le quitta peu avant. Là commence l’aventure de la pierre, d’un continent à l’autre, d’une main à l’autre, tout au long du XXème siècle.

En suivant les péripéties du diamant, les auteurs dressent un portrait du siècle dernier et de ses grands évènements historiques. L’histoire mondiale est la toile de fond de l’histoire privée des personnages qui croisent la route du Bellaciao. Les différents propriétaires forment une esquisse sociale, du mineur à la duchesse, du patron de bordel au cambrioleur. On passe d’une vie à l’autre, saisissant un instant de leur intimité, leurs existences paraissant bien éphémères face à ce diamant qui se laisse porter par les évènements, témoin muet et inaltérable de son temps.

L’album se découpe très régulièrement en séquences de deux pages, elles-mêmes divisées en quatre grandes cases accompagnées d’un titre et de quelques lignes. Le temps passe trop vite pour qu’on puisse entendre les paroles des personnages, il ne reste d’eux que quelques images fixes, des bribes aléatoires de leurs vies. En quatre images ils se racontent, laissant l’impression que le temps a fait son œuvre, effaçant arbitrairement les souvenirs, conservés dans cet album photo illustré.

De son dessin si reconnaissable, Loustal saisit les instants imaginés avec humour par Fred Bernard, qui fait se rencontrer dans une longue valse ininterrompue les hommes et l’Histoire. En revenant à l’arrière-petite-fille de McGregor, la boucle du récit se ferme, mais laisse présager d’un prochain cycle tout aussi mouvementé. Si les diamants sont éternels, les hommes ne font que passer.

Bijou, de Loustal et Fred Bernard
Casterman

visuels © Casterman

De belles surprises à Frieze London et Frieze Masters
La Cinémathèque ouvre sa prochaine exposition « Vampires. De Dracula à Buffy » cette semaine !
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *