Fictions

Victoria Mas : Le bal des folles

Victoria Mas : Le bal des folles

14 octobre 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

A travers  le portrait de quatre femmes Victoria Mas conduit le lecteur dans l’univers effrayant et déroutant des aliénées de la Salpêtrière à l’époque du Professeur Charcot. Un roman sur la liste des nominés du Prix Renaudot.

En 1885, l’ombre de l’hôpital de la Salpêtrière plane sur les parisiennes. Les femmes redoutent d’être internées à la demande d’un homme, le plus souvent père ou mari, dans « cet  enfer des femmes ». Le lieu est impressionnant avec ses imposants bâtiments, sa majestueuse coupole noire de la chapelle dominant les jardins, ses couloirs interminables, son dortoir de 100 lits, véritable cour des miracles. Tel un sphinx, le Professeur Charcot y règne en maitre. Victoria Mas brosse  le portrait de quatre femmes. Geneviève l’infirmière en chef est restée célibataire, meurtrie par le décès de sa jeune sœur. Elle croit en la science et en son idole, le professeur. Thérèse est une ancienne prostituée, internée depuis 20 ans. Elle protège les plus jeunes,tricote des châles et ne veut plus sortir de l’hôpital.Louise est une toute jeune fille au destin dramatique. Après la mort de ses parents dans un incendie elle a été violée par son oncle. Internée, elle est devenue célèbre par ses crises nerveuses lors des présentations publiques de malades. Eugénie est la dernière arrivée. C’est une « âme forte » qui refuse de devenir une femme soumise. Elle a une particularité : elle communique avec les défunts. Internée de force par son père, c’est avec ses yeux que l’on découvre le monde des aliénées. Elle se révolte et un face à face s’installe entre Geneviève et Eugénie, entre la rationalité scientifique et le monde du surnaturel et du spiritisme. Geneviève en est transformée : fendant l’armure elle accède aux émotions, à la compassion, à la spiritualité. Le bal des folles se prépare : c’est le bal organisé pour la mi-carême à la Salpêtrière. C’est un moment de joie : les aliénées sortent de leur isolement et rencontrent les parisiens mais elles deviennent un divertissement, des bêtes curieuses voire des objets érotiques. C’est au cours de ce bal que sera scellé le destin de Louise, d’Eugénie et de Geneviève.    

Victoria Mas est écrivaine française de 31 ans. Le bal des folles est son premier roman .Le récit  d’emblée captive le lecteur. Les portraits psychologiques et les descriptions du Paris de la fin du 19eme siècle et de l’hôpital de la Salpêtrière sont de grande qualité. Les personnages sont très attachants en particulier Louise et Eugénie et le suspense s’installe concernant, en particulier le destin d’Eugénie. La dimension historique est présente. L’histoire de la Salpêtrière remonte au 17ème siècle et dans cet univers jusque là quasi carcéral Charcot a étudié puis décrit les maladies neurologiques et introduit le soin pour les aliénés. La dimension répressive et asilaire reste néanmoins omniprésente. Le pouvoir médical est incontesté et les présentations publiques de malades impudiques et traumatisantes.Ce livre est aussi une critique d’une rationalité scientifique, nouvelle religion dominatrice   et trop sûre d’elle. Grâce à sa rencontre avec Eugénie, Geneviève va perdre ses certitudes et découvrir le doute.  Enfin la dimension féministe de ce roman est évidente. Le patriarcat est tout puissant et le sort des femmes reste peu enviable dans le Paris de la fin du 19ème siècle. Le lecteur de ce beau roman sera ému par le destin de ces quatre femmes, par le sort des aliénées et par la difficile condition féminine d’alors.

Victoria Mas, Le bal des follesAlbin Michel, 251 pages, 18,90 euros, sortie en octobre 2019.

visuel : couverture du livre (c) Albin Michel 

Quel avenir pour Mains d’œuvres ?
Le Tumulte de Katinka Bock
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *