Fictions
« Miroir de nos peines, de Pierre Lemaitre

« Miroir de nos peines, de Pierre Lemaitre

26 février 2020 | PAR Jean-Marie Chamouard

« Un immense cortège funèbre devenu l’accablant miroir de nos peines et de nos défaites ». Cette phrase traduit la profondeur de ce roman consacré à un secret de famille et à la débâcle de 1940

Une jeune femme s’enfuit, nue, ensanglantée, désemparée sur le boulevard Montparnasse. Cette scène est incongrue mais pourquoi donc Louise, une jeune institutrice a-t-elle accepté de poser nue devant le docteur Thirion ? Pourquoi le docteur s’est-il suicidé en présence de Louise ? Nous sommes en avril 1940. A Paris la guerre parait lointaine presque dérisoire. Louise doit affronter le scandale et va découvrir la vie amoureuse secrète de sa mère Jeanne et l’existence de son frère. Sur la ligne Maginot c’est l’interminable attente « pendant la drôle de guerre » qui surgit brutalement sur la Meuse. Très vite c’est la débâcle, l’afflux de réfugiés, le chacun pour soi. Le lecteur fait connaissance avec Jules le restaurateur gouailleur au grand cœur, Désiré l’imposteur, Gabriel le professeur de mathématiques héros malgré lui et Raoul Landrade, l’homme de tous les trafics, de la débrouille mais courageux soldat quand il le faut. Gabriel et Raoul sont rattrapés dans leur fuite et incarcérés à la prison du cherche midi puis au camp de Gravières. Début juin c’est le début de l’exode des parisiens. Le garde mobile Fernand profite de la situation pour subtiliser un sac entier de billets de banque pendant qu’Alice sa femme s’occupe des réfugiés avec Désiré .Louise part avec Jules sur les routes de l’exode à la recherche de son frère et recueille trois jeunes enfants.

Ecrivain et scénariste français, Pierre Lemaitre a reçu le prix Goncourt en 2013. Dans « Le miroir de nos peines » il fait un portrait sans concession de la France de 1940. Le cynisme et la grandiloquence pathétique du ministère de la propagande contrastent avec la désorganisation de l’armée et le manque cruel de moyen sur le front. Dérision suprême, la communication officielle est confiée à Désiré, un imposteur qui ne pourra cacher longtemps l’imminence de la défaite. L’auteur fait une très belle description de la vie des soldats, au Fort de Mayenberg puis lors de l’offensive allemande dans les Ardennes. « La plus grande brocante du monde, l’évaporation de l’armée française, le retour à un monde sauvage » : les mots de Pierre Lemaitre sont forts pour décrire l’exode de juin 1940 et faire percevoir au lecteur l’effondrement du pays. Il entretient le suspense quant au destin de Louise qui va de révélation en révélation concernant son histoire familiale. Il s’agit d’un drame familial resté secret, d’une terrible injustice manigancée par la femme du docteur Thirion. L’amitié qui se crée entre Raoul et Gabriel, la tendresse entre Louise et Jules rendent émouvant les principaux personnages et donnent un peu de douceur au récit. L’humour est présent à travers le personnage de Désiré, fantasque mais aussi lumineux et généreux.
La lecture de ce livre est très agréable, captivante à la fois par son coté romanesque et par sa dimension historique.

Pierre Lemaitre, Miroir de nos peines, Albin Michel, 537 pages, 22,90 Euros, Sortie le 02/01/2020.
visuel : couverture du livre

Le Palais de la Porte Dorée sublimé par la créativité de Christian Louboutin
« Flipette & Vénère » de Lucrèce Andreae
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *