Fictions

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose : roman de l’intime de Diane Ducret

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose : roman de l’intime de Diane Ducret

26 février 2018 | PAR Marine Stisi

Diane Ducret, célèbre notamment pour ses ouvrages sur les Femmes de dictateur, publie chez Flammarion La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose, un roman aussi drôle qu’intime sur la trajectoire de vie plus que bancale d’une jeune fille, Enaid, double littéraire de l’autrice elle-même.

[rating=4]

Née sous une bonne étoile (ou pas)

Dans les contes pour enfants, on ne cesse de parler de cette bonne étoile, celle qui nous donnera la force d’avancer, guidera notre chemin vers une destinée plus belle et plus rose en cas de pépin. Dès les premières pages de son nouveau roman, Diane Ducret, qui avait déjà prouvé son potentiel humoristique dans L’homme idéal existe, il est québécois, s’attèle à démontrer que définitivement, ce n’est pas le cas d’Enaid, personnage clé de ce roman dont le nom n’est autre que l’anagramme de Diane.

Petite fille abandonnée par ses parents, elle grandit avec de vieilles personnes qu’elle ne comprend que plus tard être ses grands-parents. Maladroite, souvent là où elle ne devrait pas être mais jamais par sa faute, Enaid questionne sans cesse sa naissance et sa (mal)chance. Et par l’intermédiaire de son personnage, c’est Diane Ducret elle-même, qui revient sur son passé, sur sa vie et en filigrane, sur les épreuves qu’elle a traversées.

Une plongée dans l’intimité de l’autrice

Debout sur une seule patte, fine comme un roseau, à tout moment on imagine le flamant rose s’écrouler sous son poids. Et pourtant, défiant inlassablement la gravité, cela n’arrive jamais. Après un accident d’équitation, Diane Ducret a commencé à se comparer à cet animal à l’apparence si fragile mais qui ne flanche pas. La même force donc se transmet entre l’autrice et Enaid qui, contre vents et marées, se relève toujours.

Avec un humour décapant et une certaine dose d’autodérision, Diane Ducret s’emploie à conter ses propres épreuves par des exercices littéraires détournés. Où est la fiction, où est la vérité ? Peu importe. Une chose est certaine, c’est que Diane Ducret publie certainement ici son livre le plus intime et avec ça, peut-être, son livre le plus touchant.

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose, Diane Ducret, Editions Flammarion, 19,90€, 288 pages.

Date de publication : 28 février 2018-02-26

Visuel : © DR

Agenda Culture de la semaine du 26 février
« Un fils de notre temps », spectacle de marionnettes d’une terrible contemporanéité
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *