Fictions

« L’authentique Pearline Portious » : Kei Miller, racontez-nous une histoire…

« L’authentique Pearline Portious » : Kei Miller, racontez-nous une histoire…

27 octobre 2017 | PAR Marine Stisi

« Il était une fois une léproserie en Jamaïque »… Ainsi débute L’authentique Pearline Portious, roman du jamaïcain Kei Miller publié en 2010 en Angleterre (Weidenfeld & Nicolson) et qui vient de paraître en poche aux Editions Zulma, une maison d’édition toujours joliment colorée qui a le chic pour nous faire voyager et nous émerveiller. Un pari une nouvelle fois réussi avec ce petit livre qui se lit comme un songe.

[rating=5]

« Il était une fois une léproserie en Jamaïque »… Une introduction comme une prophétie, comme un monde qui s’ouvre sous nos doigts et sous nos yeux. Le lecteur ne sait guère comment, il ne sait guère pourquoi, mais il va se laisser entrainer, il va laisser se faire prendre la main par un parfait inconnu. Soyez les bienvenus en Jamaïque.

Dans un petit village écrasé par la chaleur, une petite fille refuse de faire comme les autres. Elle s’appelle Pearline Portious et tricote en couleur, alors que le monde tricote en blanc. Un peu par hasard, elle va atterrir dans une léproserie, une léproserie cachée dans la jungle où personne ne s’aventure jamais. Là-bas, coupée de toute la société, elle va rencontrer une humanité déterminante et la revêtir des couleurs qu’elle assemble. Et elle va avoir une enfant, Adamine Bustamante. Ada, à son tour, racontera son histoire. Une histoire qui fera d’elle la crieuse de vérité la plus connue de tout le pays et qui la transportera jusqu’à Londres…

Au milieu de toutes ces femmes imposantes, ces femmes éblouissantes, un auteur. Que fait-il en Jamaïque ? Pourquoi fait-il des recherches sur Adamine, sur Pearline Portious, que veut-il savoir exactement ? Il a cherché dans les livres, dans les archives, mais il n’a rien trouvé. Alors il est allé à la rencontre des personnes en vie, les derniers témoins des légendes qu’on se souffle guère sans savoir d’où ça vient. L’auteur insiste pour connaître cette histoire. Son histoire.

Laissez-vous guider. C’est absolument merveilleux.

Kei Miller, L’authentique Pearline Portious, Editions Zulma, 288 pages, 9,95€.

A découvrir aussi : le tout nouveau roman de Kei Miller, toujours aux Editions Zulma, By the rivers of Babylon.

Traduction : Nathalie Carré

Visuel : (c) DR

Gagnez 2 x 2 places pour le spectacle Les Inconsolés (Les Subs, le 15 novembre)
«Balanchine, Teshigawara, Bausch»: une montée en apothéose de la force émotionnelle de la danse à l’Opéra Garnier
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *